En 10 ans, le gouvernement fédéral a dépensé près de 49 millions pour offrir des cadeaux aux fonctionnaires. À coup d'appareils photo, montres, bijoux, articles de cuisine et autres cinémas maison, les ministères n'hésitent pas à souligner le travail de leurs employés. Invité à commenter, le Conseil du Trésor s'est empressé de répondre qu'il comptait réviser son programme.

Mis à jour le 16 déc. 2013
Annabelle Blais LA PRESSE

Depuis la création de ce système de reconnaissance en 2004, Ottawa a dépensé 48 737 690$, selon les chiffres fournis par le Conseil du Trésor à La Presse. C'est l'entreprise montréalaise Rideau Inc. qui a obtenu ces contrats, dont le dernier en date expire à la fin 2014. La firme reçoit les commandes, fournit les cadeaux et gère les bases de données et le site internet, notamment.

Ces programmes visent à souligner l'excellence du rendement des employés de la plupart des institutions fédérales - plus de 116 - et leurs années de service, «en temps opportun», a précisé le Conseil du Trésor.

Rideau Inc. n'a pas voulu commenter ses contrats avec Ottawa, mais Peter Hart, président et directeur du conseil d'administration, a précisé que les dépenses pour la reconnaissance dans le secteur public demeurent beaucoup moins élevées que dans le privé.

Des dépenses en hausse

Si le montant des contrats octroyés à Rideau Inc. tend à diminuer (17, 5 millions pour le dernier contrat contre 21,5 millions pour le précédent), les dépenses en cadeaux de certains ministères ont quant à elles augmenté.

Au ministère des Affaires autochtones et du Développement du Nord canadien, les sommes des cadeaux instantanés/excellence sont passées de 3820$ en 2006 à 84 700$ en 2013, selon des documents obtenus par La Presse en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

Quant au Conseil du Trésor, ses dépenses annuelles sont évaluées à 100 000$ et ont quadruplé depuis 2006, selon La Presse canadienne.

Questionnés sur cette augmentation, le Conseil de Trésor et les Affaires autochtones répondent que le programme «sera revu» afin «d'optimiser» l'argent des contribuables.

«Les fonctionnaires qui travaillent fort devraient être reconnus et récompensés; c'est un moyen de remonter le moral et de stimuler la productivité dans la fonction publique, a expliqué Heather Domereckyj, attachée de presse au cabinet du président du Conseil du Trésor, Tony Clement. Mais l'argent des contribuables doit être utilisé de manière responsable.»

La Presse a voulu connaître les critères de la reconnaissance «instantanée». Le Conseil du Trésor précise simplement que l'objectif est «de récompenser le travail excellent, le comportement exemplaire et les résultats positifs obtenus par les employés».

Selon la catégorie, un fonctionnaire peut choisir parmi une liste de cadeaux: radio-réveil, système stéréo, appareil photo, sac de golf, téléviseur, caméra, etc. Les prix varient de 25$ à 2600$, selon certains documents obtenus par La Presse.

«Ce qui me préoccupe est qu'il semble y avoir une augmentation de prix «instantanés», a réagi Mathieu Ravignat, porte-parole officiel du Nouveau Parti démocratique au dossier du Conseil du Trésor. Il y a un manque de transparence quant aux normes pour accorder ces reconnaissances. Ça a l'air d'être du grand n'importe quoi selon les ministères.»

Selon Magali Picard de l'Alliance de la fonction publique du Canada pour le Québec, ces programmes ne font pas l'unanimité. «Très franchement, si on avait un employeur qui reconnaissait le travail de ses employés, le cadeau serait moins nécessaire, a-t-elle dit. Et parfois, c'est même insultant de recevoir un hot-dog et une épinglette. Et c'est tellement aléatoire, on ne sait même pas à qui vont ces cadeaux.»

Gregory Thomas, directeur national de la Fédération canadienne des contribuables, critique également le caractère «discrétionnaire» de l'octroi de ces cadeaux. Mais la véritable controverse, selon lui, est ailleurs.

«Il y a des cadres dans les ministères qui reçoivent de gros bonis en argent, jusqu'à 40% de leur salaire, et le gouvernement fait tout pour ne pas avoir à rendre publiques ces informations. Et ça coûte beaucoup plus cher que les petits cadeaux.»

- Avec la collaboration de William Leclerc

Généreux programme

Depuis le début du programme, en 2004, le montant total dépensé pour le Programme de prix instantanés est de 10 564 048$, et le montant dépensé pour le Programme de prix de long service s'élève à 38 173 642$, selon le Conseil du Trésor du Canada.