Le Canada a jugé mercredi «inacceptable» l'attaque chimique à grande échelle dénoncée par l'opposition en Syrie, pressant le régime de Bachar al-Assad de coopérer avec les enquêteurs des Nations unies.

Publié le 21 août 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Une telle attaque est tout à fait inacceptable, a jugé le chef de la diplomatie John Baird. «Nous exhortons le régime Assad à coopérer avec les représentants des Nations unies chargés d'enquêter sur ces informations inquiétantes.»

L'opposition syrienne a affirmé mercredi que le régime avait tué 1300 personnes dans une attaque chimique près de Damas.

Les informations de l'opposition «sont extrêmement préoccupantes, et nous continuerons de surveiller la situation de près avec l'aide de nos alliés, et de chercher à obtenir des renseignements plus complets», a noté M. Baird dans un communiqué.

Les États-Unis et le Royaume-Uni ont réclamé un «accès immédiat» de l'ONU au site de l'attaque chimique dénoncée par l'opposition, tandis que la chancelière allemande Angela Merkel a évoqué «un crime effroyable» si les faits rapportés étaient avérés, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius parlant d'un «drame épouvantable».

Le Conseil de sécurité de l'ONU a tenu des consultations à huis clos sur ces allégations en fin de journée mercredi.