Le bureau du premier ministre Stephen Harper nie toute implication dans la manifestation d'adjoints conservateurs qui s'est tenue lors d'une conférence de presse de Justin Trudeau, il y a quelques semaines à Ottawa. Le Parti conservateur (PCC) a quant à lui renvoyé la balle au Parti libéral du Canada et l'accuse d'avoir usé du même stratagème à plusieurs reprises.

Mis à jour le 26 juin 2013
Hugo De Grandpré LA PRESSE

Le Huffington Post a rapporté hier que le bureau du premier ministre avait orchestré une manifestation qui a eu lieu derrière Justin Trudeau durant un point de presse qu'il a tenu plus tôt ce mois-ci à l'extérieur du parlement. Des adjoints et des stagiaires du PCC, dont deux étudiants de Montréal, se tenaient derrière le chef libéral avec des pancartes sur lesquelles on pouvait lire des slogans du PCC, dont: «Justin n'est pas à la hauteur».

«Cela n'a rien à voir avec le cabinet du premier ministre», a réagi l'attaché de presse de M. Harper, Carl Vallée. Il a dirigé les questions de La Presse au parti.

Le porte-parole du PCC, Fred DeLorey, n'a pas nié les faits rapportés dans les médias. Il a cependant accusé le bureau de recherche du Parti libéral d'avoir fait la même chose à plusieurs reprises dans le passé, notamment auprès de Preston Manning, Stockwell Day et Stephen Harper.

Le «playbook libéral»

Le Nouveau Parti démocratique a abondé dans le même sens que le Parti conservateur. «Ça fait partie du playbook libéral, ce que les conservateurs font. Donc disons que je n'ai pas de sympathie ni pour un ni pour l'autre», a réagi la députée néo-démocrate Françoise Boivin, qui a aussi siégé comme députée libérale entre 2004 et 2006. Elle a noté que les libéraux avaient eux-mêmes envoyé de jeunes adjoints faire la même chose à Jack Layton dans le passé.

«C'est du niaisage, de l'enfantillage, de part et d'autre», a tranché Mme Boivin.