Source ID:; App Source:
Exclusif

Le lobby des armes à feu en croisade à Ottawa

Des membres de la National Firearms Association (NFA)... (Photo: PC)

Agrandir

Des membres de la National Firearms Association (NFA) ont rencontré une trentaine de députés et ministres conservateurs, la semaine dernière, à Ottawa, afin de les convaincre d'abolir la Loi sur les armes à feu.

Photo: PC

(Ottawa) Des représentants québécois et canadiens du lobby des armes à feu ont rencontré une trentaine de députés et de ministres conservateurs à Ottawa la semaine dernière, a appris La Presse. Leur message: aidez-nous et nous vous aiderons aux prochaines élections.

Après le registre, c'est la Loi sur les armes à feu qui est dans la ligne de mire de ces membres influents de l'Association canadienne pour les armes à feu (NFA). Ils demandent au gouvernement fédéral de l'abolir, pour remplacer le système des permis et des autorisations de transport, notamment, par un système moins contraignant. Selon eux, les règles actuelles criminalisent les honnêtes propriétaires d'armes.

Le président de la NFA, Sheldon Clare, a rencontré au moins trois ministres durant son séjour d'une semaine dans la capitale canadienne, dont les ministres québécois Steven Blaney et Christian Paradis et le président du Conseil du Trésor Tony Clement. Pendant une partie de la semaine, il était accompagné par le frère d'une victime du drame de la Polytechnique, Claude Colgan, et par le Québécois Shawn Bevins.

Les trois hommes ont sollicité des rencontres avec tous les partis, sans succès. «Il y a un parti qui s'est présenté et c'est le Parti conservateur», a tranché M. Bevins.

Ils ont fait savoir aux politiciens que l'abolition du registre des armes à feu n'était qu'une demande parmi plusieurs autres, et qu'ils sont maintenant avides de voir avancer d'autres dossiers.

En contrepartie, disent-ils, ceux qui leur prêteront main-forte pourraient compter sur leur aide lors des prochaines élections, en matière d'organisation notamment. «On va aider nos alliés, a confié Shawn Bevins à La Presse. Si on a des alliés à Ottawa qui sont prêts à nous aider, nous autres, on est friendly envers nos alliés.»

La NFA compterait plus de 60 000 membres au Canada. Au cours des derniers mois, elle a décidé de faire une percée au Québec. L'initiative porte ses fruits, affirme M. Bevins. «Le mouvement qu'il y a eu depuis les trois derniers mois, c'est réellement incroyable. On est rendus à 4300 membres au Québec.»

Ce membre de la puissante National Rifle Association (NRA) des États-Unis estime que les propriétaires d'armes à feu du Québec sont une force politique en puissance qui n'attend que d'être mise à profit. «Il y a 500 000 propriétaires d'armes à feu licenciés dans la province. [...] Il y a beaucoup de votes qui sont là et qui dorment.»

«Quand ça fait 10 ans que tu es insulté par le gouvernement, par les médias et par le public, tu es activiste, a-t-il ajouté. Ils ont viré 500 000 gars en activistes et on est capables de prendre les associations politiques, que ce soit au niveau provincial ou au niveau fédéral.»

Sur la scène québécoise, c'est la bataille judiciaire pour conserver les données du registre des armes à feu qui provoque leur mécontentement. «On a fait beaucoup de lobbying depuis trois mois», confie M. Bevins. Mais il dénonce le manque d'écoute des politiciens de la province. «On a décidé d'apporter nos arguments et de faire entendre nos voix à Ottawa et on a été très bien reçus.»

La NFA en chiffres

> 60 000 membres au Canada

> 4300 membres au Québec

> 500 000 propriétaires d'armes à feu au Québec




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer