Dans une rare attaque contre le meneur de la course à la direction du Parti libéral du Canada (PLC), mercredi, Marc Garneau a accusé Justin Trudeau de ne pas suffisamment définir ses positions et l'a invité à le faire avant le 14 avril.

Hugo de Grandpré LA PRESSE

Dans une rare attaque contre le meneur de la course à la direction du Parti libéral du Canada (PLC), mercredi, Marc Garneau a accusé Justin Trudeau de ne pas suffisamment définir ses positions et l'a invité à le faire avant le 14 avril.

«Il a dit aux Canadiens que nous avons besoin d'un plan "audacieux" et d'une "vision claire" sans définir ni l'un ni l'autre de ces concepts, a lancé M. Garneau dans un communiqué de presse. Justin n'a donné aucune précision sur ses deux grandes priorités, la classe moyenne et la mobilisation de la jeunesse.»

Lecandidat a souligné que récemment, le PLC avait trop souvent jeté son dévolu sur un candidat ou un autre, sans prendre le temps d'analyser ses positions. C'est ce qui s'est passé avec le dernier chef du parti, Michael Ignatieff, qui avait bénéficié d'un couronnement avant de diriger ses troupes dans une défaite historique aux dernières élections.

M.Garneau a noté qu'attendre à la fin de la course pour connaître les positions de M. Trudeau équivaudrait à «demander aux Canadiens d'acheter une nouvelle voiture sans d'abord en faire l'essai».

Ils'agit de l'une des rares attaques dans cette course qui a jusqu'ici été sans artifice et grands affrontements.

M.Trudeau est largement favori dans tous les sondages depuis qu'il a annoncé sa candidature il y a quelques mois. Un coup de sonde de la maison Angus Reid publié dans La Presse le mois dernier montrait que Marc Garneau se classait au second rang après le député de Papineau au chapitre des candidats les plus susceptibles d'avoir un impact électoral positif pour les libéraux.

-Avec Joël-Denis Bellavance