Le Nouveau Parti démocratique (NPD) demande à la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique d'enquêter sur le ministre Christian Paradis, dans la foulée des révélations de La Presse sur son intervention en faveur du déménagement de bureaux fédéraux qui pourrait avantager un associé de sa famille.

Mis à jour le 24 févr. 2012
Vincent Larouche LA PRESSE

Le député néo-démocrate Guy Caron estime que le ministre est en conflit d'intérêts et que la commissaire doit ouvrir une enquête sur «ces contraventions possibles à la loi».

«Pour se comporter de façon honnête dans le cadre de ses fonctions, il est essentiel qu'un titulaire de charge publique comme le ministre Christian Paradis maintienne une position neutre et qu'il se garde d'intervenir afin de favoriser ses amis», écrit-il dans une lettre à la commissaire.

«Je suis d'avis que si ces allégations s'avèrent fondées, le fait de favoriser une entreprise appartenant à un ami compromet la capacité du ministre d'agir en tant que représentant du bien public», ajoute-t-il.

Rappelons que, dans le cadre de la réorganisation du traitement des demandes d'assurance-emploi, le centre de traitement de Rimouski sera bientôt remplacé par un plus grand centre qui ouvrira bientôt dans la circonscription de M. Paradis.

La nouvelle sème la grogne à Rimouski, où syndicats et politiciens déplorent la perte de dizaines d'emplois de qualité pour la région.

Chez l'associé de son père?

Une entrevue du ministre Paradis à l'hebdomadaire local Courrier Frontenac a laissé entendre, l'automne dernier, que le nouveau centre serait aménagé dans un ancien magasin Canadian Tire de Thetford Mines, où le gouvernement loue déjà des locaux pour un centre de Service Canada.

Selon nos recherches, l'immeuble appartient à la société à numéro 9183-0497 Québec inc., dont le principal actionnaire est l'avocat et homme d'affaires Ghislain Dionne.M. Dionne est associé avec le père de Christian Paradis au sein du cabinet d'avocats Paradis-Dionne. Christian Paradis était lui-même le troisième associé du cabinet avant son élection.

Dans l'entrevue publiée avant la révélation de ces liens d'affaires, le ministre Paradis s'est vanté d'être intervenu en faveur du déménagement auprès de la ministre responsable du dossier.

«J'ai fait mes représentations auprès de la ministre. Nous avons un beau centre qui est bien situé et nous avons eu des recommandations positives de la part du Ministère. Nous avons démontré qu'on a un centre de qualité, avec un personnel de qualité. C'est une excellente nouvelle pour la région», a-t-il déclaré à l'hebdomadaire local.

M. Paradis n'a pas souhaité commenter sa relation avec le propriétaire de l'immeuble.

Mais au bureau de la ministre des Ressources humaines, Diane Finley, on indique que, contrairement à ce qu'a laissé entendre l'entrevue de M. Paradis, le choix de l'immeuble n'est pas arrêté. C'est que l'augmentation du personnel demandera plus d'espace que la portion de l'ancien Canadian Tire louée par le gouvernement à l'heure actuelle.

«Lorsque le temps viendra de prendre cette décision, nous travaillerons avec Travaux publics et Services gouvernementaux Canada pour assurer un processus ouvert, équitable et transparent», a assuré Alyson Queen, attachée de presse de la ministre.