Le premier ministre canadien Stephen Harper est intervenu directement auprès du président ukrainien Viktor Ianoukovitch dans l'affaire de la condamnation controversée de l'opposante Ioulia Timochenko, a-t-il révélé lui-même vendredi soir.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«J'ai écrit directement au président Ianoukovitch. Je lui ai fait part de ma profonde inquiétude, du fait que le procès ne s'est pas déroulé conformément aux normes de diligence requise ou d'équité», a dit en français M. Harper devant le Congrès ukrainien canadien, organisation de la diaspora ukrainienne, très présente dans le centre-ouest du pays.

«Notre gouvernement est très inquiet de l'orientation que semble prendre le gouvernement de l'Ukraine. Ce qui est arrivé mardi pourrait avoir de sérieuses conséquences sur nos relations bilatérales», a averti encore le premier ministre canadien.

Principale opposante au président Ianoukovitch, Mme Timochenko a été condamnée mardi à sept ans de prison pour «abus de pouvoir», après avoir signé en 2009, lorsqu'elle était première ministre et sans l'autorisation de son gouvernement, des contrats gaziers avec la Russie qui ont été jugés désavantageux pour l'Ukraine.

Ce verdict a conduit l'Union européenne à menacer d'annuler une visite de M. Ianoukovitch, prévue le 20 octobre à Bruxelles.