John Baird a demandé - et obtenu - des cartes de visite comportant des gravures en relief dorées peu après avoir été nommé à ce poste en mai dernier, au mépris des règles gouvernementales.

Dean Beeby LA PRESSE CANADIENNE

M. Baird a aussi demandé que le logo officiel du Canada - avec l'unifolié au-dessus du dernier A - ne figure pas sur ses cartes professionnelles, contrairement aux normes fédérales.

Le ministre a aussi exigé d'avoir une série de cartes rédigées en anglais seulement.

Et il a insisté pour que le terme «Édifice Lester-B.-Pearson» n'apparaisse pas dans l'adresse du siège du ministère des Affaires étrangères à Ottawa, effaçant ainsi le nom de l'ancien premier ministre libéral, lauréat du prix Nobel de la paix.

Ces changements ont provoqué une certaine résistance des hauts fonctionnaires des Affaires étrangères, qui sont responsables d'appliquer les politiques sur l'image de marque du gouvernement canadien.

Mais John Baird a finalement obtenu une exemption temporaire aux règles, et a pu obtenir ses cartes telles qu'il les voulait.

Les armoiries canadiennes en bosselage doré figurent maintenant sur ses cartes de visite.

Les cartes ne comportent pas non plus le logo «Canada» avec le drapeau canadien. Puisqu'il n'y a plus de logo, les caractères les plus gros sur la carte sont «L'honorable John Baird, c.p., député».

Des courriels, des factures, des lettres et d'autres documents détaillant les exigences du ministre pour ses cartes professionnelles ont été obtenus par La Presse Canadienne en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

Vendredi à la Chambre des communes, le député libéral Scott Brison a demandé pourquoi M. Baird avait transgressé les règles du gouvernement fédéral.

Le ministre a repoussé sa question, qu'il a jugée futile. «Monsieur le président, je me souviens d'une époque où le Parti libéral avait de grandes ambitions en matière d'Affaires étrangères (...) et ils sont maintenant revenus au temps où ils s'en font pour 400 $ de cartes professionnelles», a lancé M. Baird, tout sourire.

Le député néo-démocrate Paul Dewar a déclaré un peu plus tard que le ministre ne devrait pas faire de blagues sur cette question. «Il s'en est amusé et j'imagine que c'est peut-être une façon de faire diversion», a dit M. Dewar.

«Mais le fait est qu'il représente un pays et que s'il commence à mettre de l'or sur ses cartes, à enlever le drapeau canadien et l'une des langues officielles, cela envoie un message. Et il est notre ministre des Affaires étrangères.»

Les documents obtenus par La Presse Canadienne montrent que M. Baird a commencé en juin à demander des changements à ses cartes de visite.

Le ministre «demande que ses cartes professionnelles soient en anglais seulement, comme elles l'ont toujours été dans le passé», lit-on dans un courriel écrit par Annik Lapratte-Goulet, l'assistante personnelle de M. Baird. «Les armoiries doivent aussi être en relief, avec de l'encre dorée, selon la demande du ministre.»

L'insistance de M. Baird pour faire enlever la mention «Édifice Lester-B.-Pearson» de ses cartes a été acceptée, mais sa demande subséquente d'enlever le logo «Canada» a inquiété certains fonctionnaires.

«Nous sommes (...) préoccupés au sujet du retrait du logo du Canada», a dit un responsable. «Tel que mentionné auparavant, c'est une exigence du Conseil du Trésor.»

«Les armoiries (dorées) et le retrait du logo Canada ne sont pas de bonnes pratiques», prévient un autre fonctionnaire.

Les fonctionnaires sont allés jusqu'à faire signer au chef de cabinet du ministre un «acte de renonciation» qui reconnaît formellement que le cabinet de M. Baird a été prévenu que ces mesures transgressaient les règles.

«Le logo (du Canada) est une exigence pour les ministres, les secrétaires parlementaires et leurs bureaux (...) Il convient de noter que le premier ministre et son cabinet suivent ces normes», dit notamment l'acte de renonciation.

Mais après avoir fait pression, le cabinet de John Baird a obtenu une exemption temporaire des règles fédérales d'identification, ce qui lui permet d'utiliser des cartes professionnelles différentes.

Le ministère des Affaires étrangères a rapidement fait imprimer deux séries de cartes professionnelles. Les cartes de la première série ne comportent par de reliefs dorés et sont rédigées en anglais d'un côté et en français de l'autre. Cette série a coûté 197,75$.

Les cartes de la deuxième série comportent une gravure en relief dorée des armoiries du Canada. Les cartes sont essentiellement rédigées en anglais - seule la mention «Ministre des Affaires étrangères» est inscrite en français - et le verso est vierge. Cette deuxième série de cartes a coûté 424,88$.