Un projet de loi visant à reconnaître «les injustices» dont ont été victimes les Canadiens d'origine italienne pendant la Seconde Guerre mondiale pourrait être adopté dès la semaine prochaine par la Chambre des Communes d'Ottawa, a déclaré vendredi un député d'opposition.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Ce projet, une initiative du député libéral Massimo Pacetti, fera l'objet d'un vote en troisième et dernière lecture aux Communes mercredi, a dit ce dernier lors d'une conférence de presse.

La proposition vise à «reconnaître les injustices commises à l'égard des personnes d'origine italienne en raison de leur désignation comme "sujets d'un pays ennemi" et de leur internement durant la Seconde Guerre mondiale».

Le projet de loi, qui appelle également à «une indemnisation» et à la promotion de «l'histoire italo-canadienne», bénéficie d'un «large soutien» parmi les trois partis d'opposition, qui disposent de la majorité face au gouvernement conservateur, a ajouté M. Pacetti.

Le gouvernement considère de son côté que ce projet est inutile puisque l'ancien Premier ministre conservateur Brian Mulroney a reconnu ce «triste chapitre de l'histoire canadienne» lors d'un discours devant la communauté italo-canadienne en 1990.

Mais il n'y a jamais eu d'excuses officielles, insiste pour sa part M. Pacetti.

Après l'entrée en guerre du Canada contre les puissances de l'Axe en juin 1940, des milliers de Canadiens d'origine italienne avaient été déclarés «sujets d'un pays ennemi» et plus de 500 d'entre eux avaient été internés, certains jusqu'à la fin du conflit.

Plus de 1,4 million de Canadiens sont d'ascendance italienne, selon le recensement canadien de 2006.