Le chef du Parti conservateur Pierre Poilievre a reproché au premier ministre Justin Trudeau d’avoir brûlé autant de carburant en un mois en raison de ses voyages en avion que n’en consomment une vingtaine de familles pour chauffer leur maison en un an.

Publié le 22 septembre
Joël-Denis Bellavance
Joël-Denis Bellavance La Presse

Justin Trudeau a souligné à grands traits que les Canadiens auraient perdu leur chemise s’ils avaient suivi les conseils de son adversaire conservateur — formulés durant la course à la direction — en investissant leurs économies dans les cryptomonnaies pour échapper aux effets dévastateurs de l’inflation.

Le premier duel entre le premier ministre et le chef conservateur à la Chambre des communes a donné lieu à des échanges musclés et à des répliques cinglantes. La bataille pour gagner le cœur des électeurs, au moment où la hausse du coût de la vie s’impose comme un enjeu incontournable, vient de commencer.

« Il est bon de voir le premier ministre ici, en visite au Canada, pour renflouer son jet privé », a lancé d’entrée de jeu M. Poilievre, en faisant allusion aux voyages à l’étranger de M. Trudeau qui l’ont mené à Londres, où il a assisté lundi aux funérailles de la reine Élisabeth II, et à New York mardi et mercredi, où s’est amorcée l’Assemblée générale des Nations unies.

Le chef conservateur a ensuite interpellé le premier ministre au sujet de l’inflation — son cheval de bataille depuis des mois — et l’a sommé de ne pas augmenter les charges sociales le 1er janvier et la « taxe » sur le carbone le 1er avril 2023.

Félicitations, puis attaques corsées

À sa première présence aux Communes depuis qu’il doit affronter un nouveau chef de l’opposition officielle, M. Trudeau a tenu à féliciter M. Poilievre. Il l’a promptement invité à appuyer les diverses mesures que son gouvernement propose pour soutenir les Canadiens qui peinent à joindre les deux bouts, notamment le projet de loi qui permet de doubler le crédit d’impôt de la TPS pour une période de six mois.

Les échanges de bons vœux ont vite fait place aux attaques corsées.

« Le chef du Parti libéral a l’occasion de démontrer qu’il comprend que chauffer sa maison en janvier et en février au Canada n’est pas un luxe et cela ne fait pas des Canadiens des pollueurs. Ils essaient juste de survivre. Cela vient d’un premier ministre qui a brûlé plus de carburant d’avion en un mois que 20 Canadiens moyens en un an. Le premier ministre va-t-il clouer au sol son jet, ranger son hypocrisie et annuler les hausses de taxes ? », a tonné le chef conservateur.

« Nous allons continuer de nous concentrer sur les besoins réels des Canadiens, en proposant des mesures concrètes qui vont aider des millions de Canadiens de la classe moyenne », a d’abord répondu le premier ministre.

Ensuite, il a eu recours à une attaque cinglante qui reviendra souvent dans le discours des libéraux : « Si les Canadiens avaient suivi les conseils du chef de l’opposition et investi dans des cryptomonnaies pour tenter “d’échapper à l’inflation”, ils auraient perdu la moitié de leurs économies. »