(Ottawa) Le Bloc québécois réclame que le gouvernement Trudeau ait « l’honnêteté et la bonne foi » de scinder le projet de loi omnibus C-31 sur les soins dentaires et l’aide au logement afin de pouvoir voter distinctement sur chacune de ses parties.

Publié le 22 septembre
Michel Saba La Presse Canadienne

Lors d’un point de presse jeudi dans le foyer de la Chambre des communes, le chef bloquiste, Yves-François Blanchet, a tour à tour qualifié le procédé d’« odieux », « cheap », « mesquin », « petit », « répétitif » et qui « manipule les institutions ».

« Le gouvernement met dans une seule loi deux affaires qui n’ont pas rapport, a-t-il dit. D’un côté, il met dans la loi l’aide au logement qu’on a nous-mêmes demandée, donc on va voter pour, se disent-ils, mais ils vont mettre dans la même loi le pseudo programme d’assurance dentaire ou de soutien pour les soins dentaires, qui est une ingérence dans les compétences du Québec. »

Le projet de loi C-31 vise à mettre sur pied un programme temporaire qui permettra au gouvernement de verser jusqu’à 650 $ par enfant par année aux familles qui gagnent moins de 90 000 $ afin de les aider à payer les frais de dentiste pour leurs enfants de moins de 12 ans. Il comporte un deuxième volet qui prévoit de verser 500 $ pour aider les Canadiens à faible revenu à payer leur loyer.

Le Bloc québécois n’est pas chaud à l’idée de voter en faveur du projet de loi, mais n’écarte pas non plus cette possibilité, a révélé le chef jeudi.

« On n’est pas rendu là dans la réflexion, a-t-il dit. Est-ce qu’on va empêcher les gens de recevoir de l’argent qu’ils ont eux-mêmes payé ? Est-ce qu’on va empêcher les Québécois de récupérer de l’impôt qu’ils ont de toute évidence payé en trop si on peut faire des frivolités avec ? Probablement pas. »

La formation politique entend néanmoins voter en faveur du principe et tenter d’améliorer le document en comité, notamment de verser au gouvernement Québec la part du coût de la mesure afin qu’il en dispose comme bon lui semble.

Les conservateurs ont pour leur part annoncé qu’ils voteront contre le projet de loi. Quoi qu’il advienne, C-31 sera adopté puisque les libéraux peuvent compter sur l’appui du Nouveau Parti démocratique dont la mise en place d’un programme de soins dentaires était un élément clé de leur entente permettant au gouvernement de se maintenir au pouvoir.