La cheffe libérale Dominique Anglade s’en est prise au premier ministre François Legault et à son bilan dans un discours prononcé à l’ouverture du congrès de la Commission-Jeunesse du PLQ samedi à Montréal. Elle a été particulièrement critique de son bilan en santé et en économie, l’accusant de nier l’existence des vrais problèmes touchant les Québécois.

Mis à jour le 13 août
Frédérik-Xavier Duhamel
Frédérik-Xavier Duhamel La Presse

Mme Anglade a commencé par énumérer les ennuis ayant fait les manchettes dans les derniers mois : forte inflation, attente croissante pour avoir un médecin de famille et dans les urgences, violence et pénurie de main-d’œuvre. « Pendant ce temps-là, que fait François Legault ? Rien », a-t-elle affirmé. « Ah non, il fait des publicités », s’est-elle reprise.

Les thèmes de l’environnement et du logement étaient également à l’honneur dans le discours de la cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ), qui a mis de l’avant le « projet ÉCO » et sa plateforme électorale, rendue publique en juin.

Elle a également dévoilé le slogan du parti pour la campagne électorale à venir : « Votez vrai. Vrais enjeux. Vraies solutions. » Le slogan n’est pas sans rappeler celui des élections de 2014, « Ensemble, on s’occupe des vraies affaires », qui avait vu l’ancien premier ministre libéral Philippe Couillard l’emporter.

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, LA PRESSE

Le slogan du PLQ pour la campagne électorale à venir est « Votez vrai. Vrais enjeux. Vraies solutions. »

Questionnée sur de possibles difficultés de recrutement, Mme Anglade a affirmé que « le recrutement se passe bien ». Le PLQ n’a présenté que 73 candidats sur 125 en vue des élections jusqu’à présent – moins que tous les autres principaux partis, selon une compilation récente de Radio-Canada.

La cheffe libérale s’est montrée peu impressionnée par les révélations de La Presse selon lesquelles un ancien député libéral, Daniel Bernard, serait en pourparlers avec la Coalition avenir Québec (CAQ). « Entre la pâle copie d’un libéral et un véritable libéral, les gens vont choisir le libéral », a-t-elle soutenu.

Résolutions des jeunes libéraux

En après-midi, la Commission-Jeunesse du PLQ a adopté des résolutions visant à contraindre la province à respecter ses cibles climatiques et à interdire la vente de véhicules à essence. Les jeunes libéraux ont également adopté des propositions liées à la crise du logement, à la densification du territoire et à l’éducation, entre autres.

Le texte des résolutions adoptées à l’issue du congrès demande au PLQ de s’engager à « rendre le gouvernement du Québec légalement responsable de l’atteinte de ses cibles en offrant des pouvoirs légaux contraignants au Comité consultatif sur les changements climatiques ». Actuellement, ce comité n’a qu’un rôle de conseiller auprès du ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Il demande également au parti d’interdire les publicités pour « toutes les voitures 100 % à essence d’ici les prochaines années » et de prohiber la vente des véhicules neufs à essence d’ici 2030. La plateforme actuelle du PLQ prévoit déjà de « revoir l’encadrement des publicités des véhicules pour forcer les constructeurs à mettre en relief la consommation d’essence ».

Consultez la plateforme actuelle du PLQ

Pour s’attaquer à la crise du logement, les jeunes libéraux ont adopté une proposition qui demande au PLQ de « sévir contre les propriétaires qui ont des comportements répréhensibles […] en permettant aux villes la socialisation des logements ». Ils réclament aussi le financement de 50 000 logements sociaux sur 10 ans – ce que prévoit déjà la plateforme libérale –, mais également de 150 000 autres « logements abordables » sur la même période. La Commission-Jeunesse demande aussi à ce que soit facilitée la densification du territoire par une révision de la taxation foncière et des règles de zonage.

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, LA PRESSE

Gabriel Bourret, président de la Commission-Jeunesse du PLQ et candidat du parti dans la circonscription de Masson

Certaines de ces propositions pourraient s’ajouter à la plateforme du parti en vue des élections d’octobre. « C’est sûr qu’elles ne seront pas toutes dans la plateforme », a admis le président de la Commission-Jeunesse du PLQ, Gabriel Bourret, avant le vote des membres. « Notre rôle à nous, c’est de faire avancer la discussion », a ajouté celui qui sera également candidat du parti dans la circonscription de Masson, actuellement occupée par le député de la CAQ Mathieu Lemay.

Les autres résolutions adoptées par les jeunes libéraux samedi incluent des mesures visant à valoriser la profession d’enseignant, à ajouter des heures de bénévolat obligatoires aux élèves et à bonifier l’aide financière aux études. La Commission-Jeunesse demande également la création de fonds pour l’environnement et l’éducation basés sur le modèle du Fonds des générations.