(Ottawa) La ministre des Affaires étrangères du Canada a déclaré qu’elle prévoyait de se rendre en Asie et ailleurs pour des recherches sur le terrain avant de publier la nouvelle politique tant attendue du gouvernement sur la Chine.

Publié le 19 février
Mike Blanchfield La Presse Canadienne

Mélanie Joly dit également vouloir renforcer une convention internationale dirigée par le Canada qui condamne la détention arbitraire — ou la diplomatie des otages — afin qu’elle ait plus de mordant.

Mme Joly a déclaré à La Presse Canadienne que, bien que la crise qui couve en Europe de l’Est avec les troupes russes massées aux frontières ukrainiennes soit dévorante, elle travaille activement pour exécuter une mission que lui a donné le premier ministre Justin Trudeau : créer une nouvelle stratégie indopacifique.

« J’irai bientôt dans la région indopacifique. Cela fera donc également partie de l’engagement avant de déposer la stratégie indopacifique », a déclaré Mme Joly dans une entrevue cette semaine avant de conclure une visite en Allemagne et en France.

La situation géopolitique en Europe me prend beaucoup de temps, mais je suis très consciente que la stratégie indopacifique sera une signature de notre gouvernement.

Mélanie Joly, ministre des Affaires étrangères

L’étiquette indopacifique est un raccourci de politique étrangère pour les politiques et les approches de la vaste région Asie-Pacifique qui traitent de la confrontation avec la Chine. Mme Joly assiste à une grande conférence internationale sur la sécurité à Munich où la crise ukraino-russe est un sujet de discussion majeur. Mais elle participera aux pourparlers axés sur la Chine à Paris lors d’un forum de l’Union européenne sur les questions indopacifiques.

« C’est organisé par les Français, donc cela fait aussi partie de la compréhension de ce que font d’autres pays partageant les mêmes idées », a-t-elle déclaré.

Avec les États-Unis ouvrant la voie au recalibrage des relations de l’Occident avec la Chine, le travail de Mme Joly s’inscrit dans le cadre des efforts du Canada pour redéfinir les relations avec la Chine après qu’elles ont plongé à un niveau jamais atteint à la suite de la résolution l’an dernier de l’affaire Meng Wanzhou et des deux Michaels.

Lorsque la GRC a arrêté, sur un mandat d’extradition américain, Meng Wanzhou en décembre 2018, la Chine a détenu deux hommes canadiens, Michael Kovrig et Michael Spavor, dans ce qui a été considéré par le Canada, les États-Unis et des dizaines d’autres alliés comme des représailles. Ils ont été détenus pendant près de trois ans avant que les États-Unis n’abandonnent leur affaire d’extradition contre Meng Wanzhou, mettant fin à la saga pour tous.

Il y a un an, l’impasse avec la Chine a conduit le Canada à créer une nouvelle convention internationale condamnant la détention arbitraire dans les affaires diplomatiques qui a maintenant recueilli le soutien de 68 pays. Il a été formé dans le cadre d’un effort visant à construire une large coalition internationale pour aider à gagner la liberté de MM. Kovrig et Spavor.

La Chine, ainsi que de nombreux autres critiques, a rejeté la déclaration, la jugeant dépourvue de tout pouvoir coercitif réel. Mme Joly a déclaré qu’elle voyait le mérite de ce que de nombreux observateurs suggèrent : que la convention a besoin d’une disposition prévoyant des sanctions ou une autre mesure punitive contre les États qui utilisent ce que Mme Joly et d’autres appellent maintenant la « diplomatie des otages ».

Elle a déclaré qu’elle s’était entretenue avec des partenaires du G7 sur la manière de renforcer la convention.

« Nous voudrons lui donner plus de mordant et en même temps amener d’autres pays autour de la table, a déclaré Mme Joly. Parce que, même si les deux Michael sont de retour, nous devons absolument montrer, nous devons empêcher toute forme d’utilisation de détentions arbitraires dans les relations entre États… C’était un outil nouveau à l’époque. Mais je pense qu’il a bien mûri. Nous devons l’encourager encore plus. »

Certains des partenaires du G7 du Canada ont déclaré publiquement leur appui au renforcement de la convention.

La semaine dernière, à l’occasion de son premier anniversaire, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a apporté son soutien à la convention.

« Les États-Unis continuent d’appeler la communauté internationale à réagir collectivement et à faire pression pour la libération de tous ceux qui sont détenus arbitrairement dans le monde. Nous félicitons le Canada pour son leadership dans la lutte contre la pratique consistant à emprisonner des individus à des fins diplomatiques, a déclaré M. Blinken dans un communiqué. Nous exhortons les autres à soutenir cette initiative fondée sur l’état de droit et le respect des droits de l’homme. »