(Ottawa ) À l’instigation du Bloc québécois, le comité permanent de la sécurité publique de la Chambre des communes se penchera de toute urgence sur la flambée de fusillades meurtrières survenues dans la région de Montréal au cours des derniers mois.

Publié le 7 déc. 2021
Joël-Denis Bellavance
Joël-Denis Bellavance La Presse

Le comité parlementaire pourrait entreprendre cet examen d’ici une semaine en convoquant le ministre de la Sécurité publique Marco Mendicino et des représentants de la Gendarmerie royale du Canada.

La députée bloquiste Kristina Michaud a proposé une motion en ce sens à la Chambre des communes après la période de questions mardi. Cette motion a obtenu l’appui unanime des élus et des ministres.

Le comité parlementaire devra aussi se pencher sur le contrôle des armes à feu, le trafic illégal des armes ainsi que l’augmentation des crimes commis par des armes à feu par des personnes appartenant à des gangs de rue.

« C’est un fléau et on le voit de plus en plus chaque matin il y a une nouvelle fusillade ou un décès par balle dans les rues de Montréal. On demandait depuis quand même quelques jours et même des semaines au gouvernement d’agir et de prendre ses responsabilités. On va pouvoir convoquer le ministre de la Sécurité publique pour savoir exactement quel est son plan », a indiqué Mme Michaud après l’adoption de la motion.

Les comités parlementaires sont dissous lorsque le premier ministre déclenche des élections. Ces comités n’ont pas encore été formellement créés, trois semaines après la reprise des travaux parlementaires. Ils devraient l’être seulement au début de février, la Chambre des communes ajournant ses travaux la semaine prochaine pour le congé du temps des Fêtes.

« On ne pouvait pas repousser cet enjeu-là qui est trop important. C’est donc une belle ouverture de la part du gouvernement que je salue. […] C’est donc en marche et ce n’est pas repoussé à février. Je pense que c’est bon signe que tout le monde est de bonne foi pour travailler là-dessus », a soutenu Mme Michaud.

La députée bloquiste n’exclut pas l’idée d’inviter aussi ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, à témoigner devant le comité afin d’entendre la perspective du gouvernement du Québec relativement à cet enjeu.

« Je crois que cela pourrait être intéressant parce que le gouvernement du Québec est davantage proactif dans ce dossier. Mais on aura l’occasion de dresser un premier brouillon de la liste des témoins que l’on veut recevoir. On pourrait aussi entendre des représentants de l’Agence des services frontaliers pour voir si on pourrait élargir leur mandat à la frontière par exemple », a-t-elle affirmé.

Depuis la reprise des travaux parlementaires, le Bloc québécois talonne le gouvernement Trudeau pour qu’il intensifie ses efforts afin de lutter contre la violence causée par les armes à feu.

Cette motion a été adoptée au lendemain d’une autre fusillade, qui est survenue cette fois à Laval. Un jeune homme de 18 ans a en effet été atteint par balle lundi soir, alors qu’il était dans la bibliothèque Philippe-Panneton, dans l’ouest de Laval. La victime a été atteinte au bas du corps.

« On a entendu les coups de feu. Trois jeunes sont arrivés pour nous demander d’appeler le 911 », raconte Sam Daher, propriétaire du restaurant La Belle Province situé en face de la bibliothèque.

La jeune victime, connue des milieux policiers, a été conduite à l’hôpital, où on ne craint pas pour sa vie, a indiqué Stéphanie Beshara, porte-parole pour le Service de police de Laval. Selon nos informations, la victime est liée au Chomedey 45, un gang présent dans le quartier du même nom.

Le tireur, qui se trouvait à l’extérieur de la bibliothèque, a pris la fuite. Il n’y a eu aucune arrestation pour le moment.

Avec Alice Girard-Bossé, La Presse