(Ottawa) Exercice imposé, les chefs des partis d’opposition et le premier ministre ont livré aux Communes, mardi, leurs répliques au discours du Trône de la semaine dernière.

Mis à jour le 30 nov. 2021
Lina Dib La Presse Canadienne

Le chef de l’opposition officielle, le conservateur Erin O’Toole, a ouvert les hostilités en avant-midi, s’offrant le luxe d’un discours de plus de 70 minutes, où il a essentiellement repris les arguments qu’il avait servis pendant la campagne électorale de l’été dernier.

Il a reproché au gouvernement libéral minoritaire de négliger l’inflation au pays, et même d’en être responsable. Et il a dénoncé l’absence de plan pour contrer la pénurie de main-d’œuvre, dans le discours livré par la gouverneure générale. « Ce n’est pas une priorité pour le gouvernement libéral. […] Nous allons remédier aux pénuries de main-d’œuvre », a-t-il promis.

Chaudement applaudi par les siens lorsqu’il a vanté la nécessité de vendre aux Américains le pétrole « le plus éthique » et « le plus écologique » produit au Canada, il a aussi suscité leurs rires quand il s’est moqué du ministre de l’Environnement, Steven Guilbeault, qui, a-t-il dit pour souligner son absence en Chambre, « doit être en train de pédaler sur son vélo pour venir à Ottawa ».

Le chef conservateur a conclu son discours en invitant les électeurs, la prochaine fois, à acheter « la voiture bleue ».

Son discours, M. O’Toole l’a offert entouré des siens, mais en face, les banquettes du gouvernement étaient presque vides.

Le conseil des ministres de Justin Trudeau était réuni, un étage plus haut, à cette heure-là pour discuter, entre autres, des mesures à prendre afin de ralentir la progression du variant Omicron, nouvelle menace de la COVID-19.

C’est la députée bloquiste Monique Pauzé qui a pris à partie M. O’Toole, en Chambre, après son discours. « Le pétrole éthique et propre, ça n’existe pas », lui a-t-elle lancé.

Le premier ministre, lui, a dû attendre l’après-midi pour offrir sa réponse à la réplique conservatrice. Justin Trudeau a alors mis presque toutes les énergies de son discours pour attaquer Erin O’Toole.

Crise du logement, crise climatique, programme national de garderies à 10 $ par jour… autant de dossiers que, selon M. Trudeau, « les conservateurs continuent à bloquer ».

Le premier ministre a étendu sa critique des conservateurs jusqu’au terrain de la vaccination.

« C’est le seul parti dans cette Chambre qui n’a pas pris la peine d’être pleinement vacciné », a rappelé le premier ministre. Un nombre inconnu de députés d’Erin O’Toole ont obtenu des exemptions médicales pour ne pas être vaccinés contre la COVID-19.

« S’ils avaient gagné cette élection, en ce moment même, des gens voyageraient à bord d’avions et de trains sans avoir besoin d’être pleinement vaccinés, créant un risque pour les Canadiens », a-t-il ajouté, y voyant un danger pour la santé publique et pour l’économie.

Autres critiques et amendements

En début d’après-midi, c’était le tour du chef bloquiste Yves-François Blanchet de reprendre ses critiques du discours du Trône.

Il est ainsi revenu sur la menace d’un empiétement dans le champ des compétences des provinces qu’est la santé.

PHOTO BLAIR GABLE, REUTERS

Yves-François Blanchet

« “Vendez-nous vos juridictions.” C’est l’approche libérale. Et ça fait en sorte qu’on a un discours du Trône qui ne dit absolument rien et qui nous dit rapidement “non, collaborer, ça veut dire donnant-donnant des deux bords”. Ça nous a laissés dangereusement sur notre faim », s’est-il plaint.

Le chef néo-démocrate, quant à lui, a parlé de crise de logement, des besoins de réconciliation avec les Premières Nations et de crise climatique.

« On doit promouvoir l’énergie propre », a plaidé Jagmeet Singh, en reprochant au gouvernement libéral de continuer à subventionner les producteurs canadiens d’énergies fossiles.

Comme il est de mise, il y a eu présentation d’amendement de la part de l’opposition officielle et de sous-amendement de la part de la deuxième opposition, de la motion qui conduira à l’adoption du discours du Trône.

PHOTO BLAIR GABLE, REUTERS

Jagmeet Singh

Dans l’amendement conservateur, on propose, entre autres, de contrer la pénurie de main-d’œuvre en adaptant les critères d’immigration « aux besoins des employeurs » et en simplifiant les règles pour les travailleurs étrangers temporaires.

Le sous-amendement bloquiste, lui, exige que les transferts fédéraux augmentent jusqu’à couvrir 35 % « des coûts de santé au Québec et dans les provinces », et que ces transferts soient indexés annuellement à la hauteur de 6 %. Le sous-amendement impose également une augmentation de la pension de la Sécurité de la vieillesse pour les personnes âgées de 65 à 74 ans, alors qu’en ce moment cette augmentation est limitée aux aînés de 75 ans et plus.

Même si le sous-amendement bloquiste ne passait pas – et c’est fort probablement le sort qui l’attend – le discours du Trône sera adopté.

M. Blanchet s’y est engagé la semaine dernière, ne voyant aucune raison de voter contre un texte qui, selon lui, disait peu de choses. Un appui du Bloc québécois garantit la survie du gouvernement minoritaire libéral, au moment de ce vote de confiance qui sera tenu une fois les six jours de débat sur le discours du Trône épuisés.