(Québec) La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) envisage de poursuivre Québec si des données nominatives ont été transmises au gouvernement lui permettant d’identifier des médecins qui ne prendraient pas en charge un nombre établi de patients.

Hugo Pilon-Larose
Hugo Pilon-Larose La Presse

François Legault a affirmé mercredi qu’il était prêt à déposer un projet de loi afin de permettre au ministre de la Santé, Christian Dubé, de communiquer aux présidents-directeurs généraux des CISSS et des CIUSSS (les centres intégrés de santé et de services sociaux) l’identité des médecins qui ne suivent pas au moins 1000 patients. Le premier ministre avait préalablement révélé mardi qu’il avait obtenu une liste identifiant ces médecins à partir de données de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ).

« Si des données nominatives ont bien été transmises [à Québec], on va entreprendre des mesures légales, parce que ça serait vraiment illégal. Nous vérifions si c’est le cas, [mais s’il le faut], on va se gouverner en conséquence. […] Nous vivons encore dans un État de droit », a déclaré mercredi la FMOQ à La Presse.

La tension est vive entre le gouvernement et la fédération qui représente les médecins de famille. Celle-ci accuse Québec de « causer le chaos » et de « presser le citron à coup de menaces » face à ses membres qui vivent de l’épuisement en étant « déjà presque à la limite de leurs capacités humaines ».

« On s’en va vers un mur et on ne peut plus presser le citron à coup de menaces et de dénigrement. Ça décourage les plus engagés. […] M. Legault conduit une voiture vers le mur en pesant sur l’accélérateur », accuse la Fédération.

Selon elle, la stratégie de communication utilisée par Québec va « causer le chaos et l’épuisement, alors que la force de travail des médecins de famille au Québec est déjà presque à la limite de ses capacités humaines ».

« Le citron est pressé au maximum et c’est une question d’humanisme. Les gens ont une capacité maximale, ils ne peuvent pas travailler 200 heures/semaine. On a des gens qui sont sur le bord de l’épuisement », dit-elle.

Anglade accuse Legault d’être un « bulldozer »

Les partis de l’opposition s’inquiètent de leur côté de l’approche « bulldozer » de François Legault et critiquent son ton « menaçant » lorsqu’il brandit une liste noire de médecins de famille qui ne prennent pas en charge assez de patients à son goût.

« Je pense que les médecins de famille commencent à réaliser qu’on est en train d’identifier plus précisément le problème […] et il y a une forte réaction », s’est félicité M. Legault mercredi. Le premier ministre a, dans la foulée, critiqué la FMOQ en la comparant à un puissant lobby qui ne respecte pas ses obligations.

Pour la cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade, François Legault est un véritable « bulldozer » dont l’attitude d’affrontement ne donne pas de bons résultats.

« Le fait que le premier ministre ait une liste avec des noms spécifiques, […] c’est menaçant. C’est le premier ministre du Québec. C’est inquiétant comme approche [et] je ne pense pas que ça va faire en sorte que les gens vont se sentir rassurés », a-t-elle dit.

Le chef parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a accusé François Legault de présenter aux Québécois un nouvel épisode d’un « show de boucane » sans résultats concrets.

« Le premier ministre s’est vanté d’avoir obtenu la liste noire des méchants médecins du Québec. Il s’est vanté d’avoir obtenu la liste avec tous les méchants paresseux qu’il va discipliner avec le fouet que lui a légué Gaétan Barrette, ancien ministre de la Santé. On reconnaît ici le style caquiste dans sa plus pure expression, c’est-à-dire pointer du doigt, trouver des coupables [et] faire beaucoup de communication, un show de boucane pour éviter de prendre ses responsabilités », a-t-il dit.

« [Le premier ministre] essaie de trouver des solutions simplistes à la question en disant : je vais dresser une liste noire puis je vais pointer du doigt les médecins qui ne font pas un bon travail. Alors que c’est beaucoup plus complexe que ça. […] C’est troublant », a ajouté le chef parlementaire du Parti québécois, Joël Arseneau.

Québec affirme vouloir négocier

La Coalition avenir Québec (CAQ) a promis lors de la dernière campagne électorale de jumeler tous les Québécois à un médecin de famille au cours d’un premier mandat au gouvernement.

« Il y a toujours environ 4000 médecins qui pourraient contribuer davantage à l’effort collectif. Comme le premier ministre l’a dit, si tous les médecins prenaient en charge un nombre suffisant de patients, la liste des 800 000 patients en attente pourrait diminuer considérablement », a indiqué le cabinet du ministre de la Santé, Christian Dubé.

Selon les données du gouvernement, 15 % des médecins de famille prennent en charge moins de 500 patients. Le ministre Dubé a réaffirmé mercredi qu’il souhaitait en arriver à une entente avec la FMOQ.

Avec Fanny Lévesque, La Presse