Le député solidaire Andrés Fontecilla a réclamé mardi la fin d’un programme fédéral de logements locatifs, puisque les loyers abordables qui y sont prévus peuvent atteindre jusqu’à 2225 $ par mois. Un montant que ce dernier juge inaccessible « pour des dizaines de milliers de familles montréalaises ».

Florence Morin-Martel
Florence Morin-Martel La Presse

Dans la lettre adressée à Ahmed Hussen, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, M. Fontecilla estime que l’Initiative Financement de la construction de logements locatifs est une « perte totale de fonds publics ». Le programme en question a accordé 350 millions de dollars en prêts à faible taux d’intérêt à des promoteurs québécois, à condition de prévoir une portion de logements abordables. Mais en raison du montant du loyer « abordable » fixé par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), le programme « ne remplit pas sa mission de favoriser l’accès à un logement pour les ménages qui en ont le plus besoin », a précisé ce dernier.

M. Fontecilla se dit plutôt en faveur du financement de « réelles initiatives de logements sociaux », comme celle d’Accès Logis de la Société d’habitation du Québec (SHQ). Le député solidaire demande donc à Ottawa de transférer au gouvernement québécois les sommes prévues pour l’initiative de logements locatifs, et ce, « dans les plus brefs délais ».

Leonard Catling, porte-parole de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, affirme que le programme fédéral crée plus de 71 000 nouveaux logements, « ce qui aide à répondre à la forte demande de logements locatifs et favorise un marché locatif plus stable ». « Le gouvernement continue également de réaliser des investissements ciblés dans des programmes comme l’Allocation canadienne pour le logement, laquelle soutient directement les ménages à faible revenu pour les aider à relever les défis liés à l’abordabilité des loyers », a-t-il précisé.

Loyers trop chers « pour le commun des mortels »

Dans les quartiers de Villeray et Parc-Extension, « 14,2 % des familles ont un revenu total qui se situe entre 10 000 $ et 19 000 $, 13,4 % ont un revenu total entre 20 000 $ et 29 999 $, et 12 % un revenu entre 30 000 $ et 49 999 $ », a fait valoir M. Fontecilla. Le prix d’un loyer abordable fixé à 2225 $ par la SCHL est donc trop cher « pour le commun des mortels », soutient-il.

Andrés Fontecilla a d’ailleurs comparé ce montant à celui de la Société d’habitation du Québec (SHQ), qui est de 1085 $ pour un logement montréalais de trois chambres. Le député solidaire explique cet écart par le fait que l’organisme gouvernemental québécois « se base sur le prix médian du marché ». Les loyers doivent être inférieurs à cette somme, avance-t-il.