(Ottawa) Le Parti libéral conserve son siège dans la circonscription de Brome–Missisquoi. La candidate bloquiste Marilou Alarie a concédé la victoire à son adversaire libérale Pascale St-Onge, peu après le début du dépouillement judiciaire que le Bloc québécois avait réclamé.

Mélanie Marquis
Mélanie Marquis La Presse

La candidate du Bloc québécois, Marilou Alarie, qui était à 197 voix de sa rivale libérale, selon les données d’Élections Canada à l’issue du scrutin du 20 septembre dernier, a concédé la défaite sur son site web dans un message intitulé « À bout de bras », dans lequel elle se dit « fière du travail accompli ».

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Marilou Alarie et Yves-François Blanchet

La coprésidente de la campagne du Parti libéral, Mélanie Joly, qui avait beaucoup misé sur cette candidature, s’est réjouie de voir cette victoire se confirmer. « Pascale […] a gagné sa place à Ottawa et les gens des Cantons-de-l’Est en sortiront gagnants », a-t-elle exprimé dans un tweet.

La circonscription de Brome–Missisquoi était détenue par la libérale Lyne Bessette. L’ancienne olympienne a annoncé son départ un mois avant le déclenchement de l’élection, pour des raisons personnelles. Elle aura été en poste pendant un seul mandat, de 2019 à 2021.

Cette circonscription était la dernière qui était contestée au Québec, qui sera donc représenté à la Chambre des communes par 35 libéraux, 32 bloquistes, 10 conservateurs et un néo-démocrate. Il s’agit de la même configuration qu’au moment de la dissolution du Parlement, en août dernier.