(Québec) François Legault dit prendre « la responsabilité qui [lui] revient » après une semaine de débats houleux sur le racisme systémique et les relations avec les Premières Nations. Le premier ministre admet que l’Assemblée nationale « n’a pas envoyé le message de compassion et de solidarité que la situation exige » des parlementaires.

Publié le 4 oct. 2021
Fanny Lévesque
Fanny Lévesque La Presse

François Legault a publié lundi un texte sur sa page Facebook pour souligner la journée de commémoration pour les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées au pays. Il en a profité pour revenir sur la semaine dernière alors que l’anniversaire du décès de Joyce Echaquan a tourné à la querelle.

M. Legault a également fait face à la critique pour avoir justifié le fait de ne pas faire du 30 septembre – Journée nationale de la vérité et de la réconciliation – un jour férié au Québec pour des raisons de « productivité ». Les partis de l’opposition et les membres des Premières Nations l’ont accusé de manquer d’empathie.

« Je suis bien conscient qu’à l’Assemblée nationale, la semaine dernière, on n’a pas envoyé le message de compassion et de solidarité que la situation exige de nous. Je m’inclus là-dedans et je prends la responsabilité qui me revient. Comme premier ministre, j’ai le devoir de donner l’exemple. J’essaie sincèrement de le faire à chaque fois que je m’adresse aux Québécois », écrit M. Legault.

« Ce que la situation exige de nous, c’est de laisser la partisanerie de côté pour mettre en lumière ce que vivent les peuples autochtones », poursuit le premier ministre.

Il promet d’en faire plus pour combattre la violence faite aux femmes autochtones et de « s’attaquer de manière plus large au racisme que continuent de subir les membres des Premières Nations et les Inuits ». Il ne fait pas mention du concept de « racisme systémique » dans son texte.

Dans son rapport d’enquête sur la mort de Joyce Echaquan – rendu public vendredi –, la coroner Géhane Kamel recommande au gouvernement Legault de reconnaître le racisme systémique. Elle doit tenir une conférence de presse ce mardi. Vendredi, des ténors du gouvernement caquiste ont maintenu leur position sur la reconnaissance du racisme systémique.

« Je suis convaincu que l’immense majorité des Québécois est prête à se battre contre le racisme. On doit en faire une mission collective, pour que tout le monde se dresse devant la discrimination quand elle se manifeste », écrit M. Legault.

Priorité du gouvernement

Dans sa publication, M. Legault soutient que la question autochtone est une priorité de son gouvernement. Il assure que le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, multiplie les actions pour la mise en œuvre du rapport de la commission Viens et celui de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées au pays.

« Aujourd’hui, c’est une journée pour se souvenir de toutes ces victimes et pour exprimer notre solidarité à leurs proches. On ne doit jamais oublier ces femmes et ces filles disparues. C’est aussi une journée pour se dire qu’on a du chemin à parcourir tous ensemble. C’est un appel à la mémoire, mais c’est aussi un appel à l’action », ajoute M. Legault.

Il ajoute qu’il travaille aussi sur « plusieurs projets pour créer de la prospérité de manière durable avec les nations autochtones, entre autres en misant sur l’électrification de l’économie. »