(Ottawa) Le fondateur de la firme Angus Reid juge qu’on a exagéré l’« hystérie » sur la question posée à Yves-François Blanchet lors du débat des chefs en anglais par la présidente de la maison de sondages, Shachi Kurl.

Mélanie Marquis
Mélanie Marquis La Presse

Cette interprétation, qu’Angus Reid a partagée mercredi sur Twitter, est basée sur les votes exprimés pour le Bloc québécois au scrutin du 20 septembre. Car en chiffres absolus, les suffrages exprimés comparativement à 2019 ont diminué, a-t-il indiqué au sujet de ces données — qui sont toujours préliminaires.

Il faut aussi noter que le taux de participation de 2021 est moins élevé qu’en 2019, du moins pour le moment. Élections Canada le chiffre à 60 % (61,2 % au Québec). Au scrutin précédent, il avait atteint 67 % (65,5 % au Québec).

« Le Bloc, au Québec, a obtenu 1 387 030 voix en 2019. Lors des élections de 2021, leur nombre de voix a chuté à 1 266 866. Tant pis pour l’hystérie entourant la question de la discrimination dans le débat anglais », a-t-il écrit dans un tweet qu’il a ensuite supprimé.

Capture d’écran du tweet qui a été supprimé.

En termes de pourcentage d’appuis, le Bloc québécois n’a en effet pas le haut du pavé, d’après les chiffres préliminaires en date du 22 septembre. Les troupes d’Yves-François Blanchet ont obtenu 32,1 % d’appuis (32,4 % en 2019) contre 33,5 % pour celles de Justin Trudeau (34,2 % en 2019).

Le sondeur occulte aussi le nombre de sièges récoltés au Québec. Si la victoire bloquiste se confirme dans la circonscription de Brome-Missisquoi, qui était toujours chaudement disputée, mercredi soir, les bloquistes occuperont 34 banquettes aux Communes lorsque Justin Trudeau rappellera le Parlement.

Dans le cas de Brome-Missisquoi, il s’agirait d’un gain pour le Bloc, qui ravirait le siège aux libéraux. Ce gain s’ajouterait à celui enregistré dans la circonscription de Châteauguay-Lacolle, où le porte-couleurs du Bloc québécois, Patrick O’Hara a eu le dessus sur la députée libérale sortante, Brenda Shanahan.

Une question dénoncée de toutes parts

Au débat des chefs en anglais, le 9 septembre dernier, la modératrice Shachi Kurl a établi un parallèle entre le racisme et la loi 21 sur la laïcité et le projet de loi 96 sur la langue française dans la question posée au chef Yves-François Blanchet en lever de rideau.

Ce lien a été dénoncé par les chefs fédéraux Justin Trudeau, Erin O’Toole et Jagmeet Singh. À l’Assemblée nationale, on s’en est profondément offusqué, et on a réclamé des excuses au Groupe de diffusion des débats en anglais, à la modératrice Shachi Kurl ainsi qu’à la firme Angus Reid.

Rien de tel n’a été fait. Il y a une semaine, le porte-parole de ce regroupement, un partenariat regroupant divers médias, dont APTN News, CBC News, CTV News et Global News, n’a pas signalé d’intention de faire acte de contrition.

« Je vous réfère de nouveau à notre déclaration du 10 septembre dernier », a écrit Leon Mar, mercredi passé. Dans ce communiqué, le Groupe de diffusion plaidait notamment que « la question portait explicitement sur ces lois », qu’elle « n’affirmait pas que les Québécois sont racistes ».

Depuis que M. Reid a publié son tweet, le nombre de voix exprimées en faveur du Bloc québécois est passé à 1 281 797. En nombre de sièges, les bloquistes dépassent les libéraux, avec 34 contre 33. En 2019, le Bloc en avait gagné 32, tandis que les libéraux avaient fait élire 35 candidats.