Quatre jours après que le premier ministre du Québec, François Legault, l’eut qualifié de woke, le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, l’accuse dans un texte publié sur Facebook de « réduire le Québec à sa personne » pour mieux « discréditer ses adversaires ».

Coralie Laplante
Coralie Laplante La Presse

« La vision de François Legault se résume en une phrase : le Québec, c’est moi », écrit Gabriel Nadeau-Dubois, au début de son texte partagé dimanche après-midi.

« Enivré par les sondages, grisé par la place énorme qu’il occupe dans les téléviseurs depuis le début de la pandémie, il s’est octroyé le droit de décréter quelles sont les valeurs québécoises et, par la bande, qui est Québécois et qui ne l’est pas », poursuit le porte-parole de Québec solidaire.

Mercredi dernier, les deux hommes ont eu un échange animé au Salon bleu. « Depuis quelques jours, le premier ministre a succombé à l’un de ses pires défauts. Il s’est mis à faire sa meilleure imitation de Maurice Duplessis. Il s’est autoproclamé chef de la nation québécoise. Je suis désolé de péter sa balloune, mais je pense qu’il faut que quelqu’un le fasse », avait déclaré M. Nadeau-Dubois.

Ce à quoi François Legault a répondu : « Le chef de Québec solidaire nous parle de Maurice Duplessis. Il avait beaucoup de défauts, mais il défendait sa nation. Il n’était pas un woke comme le chef de Québec solidaire. »

S’en sont suivies des discussions sur la définition du mot woke. Lors d’un point de presse tenu le lendemain, M. Legault a dit qu’il s’agissait de « quelqu’un qui voit de la discrimination partout ».

« On peut être en désaccord avec la loi 21, mais de dire que c’est discriminatoire et que la nation québécoise n’a pas le droit de défendre les valeurs de sa majorité, c’est un débat qui devient très important », avait renchéri M. Legault, lors de la même sortie publique.

Des propos qui ont fait réagir Gabriel Nadeau-Dubois. « Au Québec, il y a des gens qui sont pour la loi 21. J’en connais plusieurs, ce sont des gens que j’aime et que je respecte, avec qui je partage d’autres projets. […] Il y a aussi des gens qui sont contre la loi 21. (J’en fais partie.) Ce ne sont ni des wokes, ni des ennemis de la nation. Ce sont des Québécois et des Québécoises à part entière, qui ont une vision différente de la laïcité que celle de François Legault », réagit M. Nadeau-Dubois dans son texte.

« Ne laissez jamais quelqu’un vous dire que vous n’êtes pas Québécois. Que vous soyez nés ici ou nés ailleurs, que vous votiez bleu, orange ou rouge, que vous soyez indépendantiste ou non, le Québec est votre nation », conclut le leader parlementaire de Québec solidaire.

Avec Hugo Pilon-Larose, La Presse