(Québec) La Commission jeunesse du Parti libéral du Québec (PLQ) propose une semaine de travail de quatre jours afin d’améliorer la conciliation travail-famille.

Caroline Plante La Presse Canadienne

Cette idée de réduire à 32 heures la semaine de travail des Québécois, sans pour autant diminuer leur salaire, sera débattue lors du prochain congrès des Jeunes libéraux, qui se tiendra à Trois-Rivières le 14 août.

Selon la présidente des Jeunes libéraux, Frédérique Lavoie-Gamache, la proposition vise à améliorer la conciliation travail-famille, la santé mentale et la productivité des Québécois.

« Les jeunes, avec la pandémie, ont constaté qu’ils voulaient passer plus de temps avec leurs familles, a-t-elle affirmé en entrevue vendredi. Les jeunes veulent trouver des solutions. »

L’expérience a été tentée dans d’autres pays, souligne-t-elle, notamment en Islande, où 86 % des travailleurs ont préféré la semaine de quatre jours au modèle actuel.

Sur le plan de la santé physique et mentale, une baisse importante des congés de maladie et des départs pour cause de dépression ont été observés.

« Ça fait des gens qui utilisent moins le système de la santé, a plaidé Mme Lavoie-Gamache. Ça réduit les coûts au final, donc ça vient avantageux. »

Les Jeunes libéraux proposent que les Québécois travaillent un maximum de 32 heures par semaine au lieu de 40 heures ; la journée de travail ne serait pas allongée.

Selon leur vision des choses, l’employeur paierait quatre des huit heures manquantes et le gouvernement assumerait le reste.

Ils reconnaissent que dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, ce ne sont pas tous les secteurs qui pourront se permettre d’implanter la mesure.

« Certains secteurs (comme la restauration) ne pourront pas tout de suite être à 32 heures, on le reconnaît. Par contre, la pénurie de main-d’œuvre, elle n’est pas éternelle. »

Le congrès de la Commission-Jeunesse du PLQ qui aura lieu à la mi-août marque traditionnellement le début de l’année politique québécoise.

Cette année, l’évènement se déroulera dans un format hybride (à distance et en présentiel), dans le respect des mesures sanitaires actuelles, ont précisé les organisateurs.

La Commission-Jeunesse représente l’ensemble des jeunes de 16 à 25 ans du PLQ et célèbre cette année son 50e anniversaire.