(Montréal) Les discussions n’ont pas abouti lundi entre la Première Nation de Long Point et le gouvernement québécois au sujet d’un futur corps policier au sein de la communauté de Winneway, en Abitibi-Témiscamingue.

Clara Descurninges La Presse Canadienne

Le chef Steeve Mathias avait fait une sortie publique la semaine dernière pour dénoncer le fait que la communauté autochtone n’a pas de service de police local depuis 15 ans, et que la Sûreté du Québec doit faire jusqu’à « deux heures » de trajet pour s’y rendre en cas d’urgence.

Avant la rencontre, les fonctionnaires « avaient dit qu’ils avaient un plan et que le gouvernement avait travaillé très fort dans les derniers mois », a-t-il raconté lundi en entrevue téléphonique. Pourtant, une fois sur place, « ils nous ont juste servi du réchauffé ».

Ils n’avaient « pas de document » détaillant ce plan, a-t-il décrié. « Si vous ne pouvez pas soutenir par écrit ce que vous dites, vous êtes mieux de ne rien dire du tout. »

Les fonctionnaires québécois ont d’après lui proposé oralement « de faire une étude de faisabilité » pour un possible service de police, tout en n’ayant eu « aucune discussion avec le fédéral ».

Ils auraient promis au chef Mathias de lui « envoyer une lettre à un moment donné durant l’été », détaillant leur plan.

« Ce ne sont que des mots », a déploré le chef Mathias, « ils nous laissent à la merci de la bureaucratie ». « Je trouve ça très irrespectueux et très négligent », a-t-il ajouté.

« Je pense que ça va prendre un médiateur, a-t-il dit, ou que la ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre du Québec (Geneviève Guilbault) intervienne personnellement. »

Au moment d’écrire ces lignes, le ministère de la Sécurité publique n’avait pas répondu aux questions de La Presse Canadienne. Mercredi dernier, le directeur des communications de la ministre Guilbault, Alexandre Lahaie, avait assuré qu’« un plan de desserte policière autochtone pour les communautés de ce coin-là a été approuvé » et que « le dossier n’était pas tombé dans une craque ; il était en train d’être travaillé ».

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.