Pascale St-Onge, ancienne leader syndicale, a annoncé samedi sa candidature pour le Parti libéral du Canada (PLC) dans la circonscription de Brome-Missisquoi aux prochaines élections. Elle succédera à la députée Lyne Bessette, qui a annoncé son retrait de la vie politique vendredi.

Florence Morin-Martel
Florence Morin-Martel La Presse

« Je suis très heureuse et emballée de me présenter chez moi », a confié Pascale St-Onge à La Presse. L’ancienne présidente de la Fédération nationale des communications et de la culture (FNCC-CSN) est résidante d’Orford depuis 2018. Elle y vit en permanence depuis 2020.

Durant ses années de leader syndicale, Pascale St-Onge s’est attaquée aux enjeux des médias et de la culture soulevés par les plateformes numériques. Elle a aussi contribué à transformer en coopérative les journaux régionaux du Groupe Capitales Médias.

Pascale St-Onge s’est dite très motivée à succéder à la députée Lyne Bessette dans cette circonscription, qui est libérale depuis 2015. Elle veut s’attaquer à la relance post-pandémique des secteurs touristiques et culturels. Elle cite aussi les enjeux touchant les producteurs agricoles et les commerçants locaux de la région.

Rappelons que l’olympienne Lyne Bessette, députée depuis 2019, a annoncé vendredi sur les réseaux sociaux qu’elle quitterait la politique à la fin de son mandat. Cette dernière a évoqué des raisons personnelles. Parmi ses réalisations durant son mandat, elle a souligné la construction du vélodrome à Bromont, le travail pour la préservation des plans d’eau, dont le lac Memphrémagog, et le soutien aux aînés.

L’annonce de la candidature de Pascale St-Onge survient alors que le premier ministre Justin Trudeau pourrait déclencher une campagne électorale cet été ou cet automne.

Parti politique jugé « le plus progressiste »

Au sujet du choix de parti, Pascale St-Onge soutient qu’il est « le plus progressiste des dernières décennies ». C’est le constat auquel elle est arrivée avec son expérience syndicale. « Au cours de ces années-là, j’ai pu constater à quel point le parti libéral avait une attitude et une approche d’ouverture, d’inclusion, d’évolution, a-t-elle indiqué. C’est une approche qui me ressemble, qui fait partie de mes valeurs et de ma façon de travailler. »

Elle salue également la gestion de la pandémie du Parti libéral. « Il y avait une panoplie de travailleurs qui œuvrent dans le secteur culturel et le secteur touristique qui se retrouvaient sans travail. Le gouvernement a été au rendez-vous pour aider ces personnes-là et pour s’assurer qu’elles auraient accès à un filet social », a-t-elle soutenu.

Avec La Tribune, La Voix de l’Est et La Presse Canadienne