Le premier ministre du Québec François Legault a fermé la porte lundi à la possibilité de créer un jour férié pour souligner la Journée nationale des peuples autochtones.

Lila Dussault
Lila Dussault La Presse

« On n’est pas en faveur d’ajouter des journées fériées pour quelque raison que ce soit au Québec », a affirmé François Legault en conférence de presse. « On en a, toute proportion gardée, déjà beaucoup », a-t-il ajouté. Le 21 juin est la Journée nationale des peuples autochtones.

Rappelons que les députés fédéraux ont voté le 28 mai en faveur du projet de loi C-5, faisant du 30 septembre un jour férié soulignant la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation au Canada. Seuls les employés de lieux de travail sous réglementation fédérale auront accès à ce congé.

« Il reste beaucoup de travail à faire »

« Il y a encore beaucoup de travail à faire de réconciliation avec les peuples autochtones », a admis François Legault. Son gouvernement a mis en place une table politique conjointe avec les Premières Nations, présidée par le chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), Ghislain Picard, et le ministre responsable des Affaires autochtones du Québec, Ian Lafrenière. La première rencontre de cette table de travail a eu lieu le 17 juin. « Moi j’aimerais, dans un monde idéal, conclure une entente, comme avec les Cris, par exemple, avec chacune des nations », a mentionné M. Legault.

En entrevue à TVA Nouvelles, le chanteur autochtone Samian a réagi en disant que « [François Legault] est passé à côté de la plus belle opportunité de sa vie », lorsqu’il a refusé de rendre férié le 21 juin.