(Québec) Manon Massé s’est laissée emporter en poussant un juron bien senti au Salon bleu vendredi, à l’occasion de la dernière période des questions de la session parlementaire.

Caroline Plante La Presse Canadienne

La cheffe parlementaire de Québec solidaire (QS) n’avait pas terminé de poser sa question au premier ministre François Legault et s’était fait interrompre par le président de l’Assemblée nationale, François Paradis.

Visiblement déçue d’avoir manqué de temps, Mme Massé a fait retentir en Chambre un « Câlisse » bien senti, qui a été capté par les micros et diffusé sur le canal de l’Assemblée.

Elle posait vendredi ses toutes dernières questions au premier ministre à titre de cheffe parlementaire de QS, ayant récemment annoncé qu’elle céderait sa place à Gabriel Nadeau-Dubois à la reprise des travaux en septembre.

Avant de se faire interrompre, Mme Massé énumérait différents éléments du bilan de M. Legault avec lesquels elle n’était pas d’accord.

« Est-ce que le premier ministre est fier d’être devenu… »

« M. le premier ministre, à vous la parole », est alors intervenu le président Paradis.

Manon Massé a plus tard assuré, par le biais de son attachée de presse, n’avoir adressé le juron à personne en particulier.

Elle était plutôt déçue de ne pas avoir terminé sa question dans les délais requis, comme elle avait prévu, a affirmé Simone Lirette, qui met l’incident sur le compte du « stress ».

Le terrain politique est propice aux commentaires douteux faits hors micro. Un des plus célèbres : Jean Charest avait traité l’ex-députée péquiste Elsie Lefebvre de « chienne ». Il s’en était ensuite excusé.