(Québec) Le torchon brûle entre le premier ministre François Legault et le maire de Québec, Régis Labeaume.

Mis à jour le 18 févr. 2021
Caroline Plante La Presse Canadienne

Au cœur de la dispute se trouve le projet de tramway : de l’avis de M. Legault, le tracé actuel proposé par la Ville de Québec ne dessert pas assez bien les banlieues.

Le ton a encore monté d’un cran jeudi, alors que M. Legault a passé une bonne partie de son point de presse à critiquer le manque d’ouverture de M. Labeaume.

Le premier ministre a même annoncé que son gouvernement allait soumettre « éventuellement » à la Ville de Québec un autre tracé de son cru.

Il a reconnu qu’un nouveau tracé à la sauce caquiste pourrait nécessiter un autre examen du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), « s’il y a une grande différence dans le tracé ».

Par ailleurs, François Legault a réitéré son engagement de débuter la construction du troisième lien routier entre Québec et Lévis avant les prochaines élections générales de 2022.

Il a déclaré que l’actuel projet de tramway, qu’il juge insatisfaisant, était ce qui retardait l’annonce détaillée du troisième lien.

« Régis Labeaume n’est pas ouvert à aucun changement, a-t-il martelé. Ce qu’on a décidé, c’est qu’on va travailler un projet qui, selon nous, répond mieux aux besoins des banlieues de Québec. »

« On va le présenter éventuellement à Régis Labeaume. […] Moi, j’ai confiance qu’il va finir par être ouvert à des changements pour mieux desservir les banlieues. »

M. Legault s’est défendu de s’ingérer dans les affaires municipales, disant avoir une « responsabilité » envers les citoyens.

« N’oublions pas que le gouvernement du Québec finance quand même 1,8 milliard. Je pense qu’on doit s’assurer que les projets desservent bien les résidants des différentes régions », a-t-il ajouté.

Legault paternaliste ?

Plus tôt en point de presse, la cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ), Dominique Anglade, avait qualifié l’attitude du premier ministre à l’égard de la Ville de Québec de « paternaliste » et « infantilisante ».

« On peut tout promettre à la métropole. Puis Québec, non seulement on infantilise, on est paternaliste. On dit aux gens de Québec : "Un, vous ne connaissez pas vraiment vos banlieues, deux, voici quel devrait être le tracé". C’est infantilisant », a fulminé Mme Anglade.

Même réaction du côté de Québec solidaire (QS). « Pour la Coalition avenir Québec (CAQ), Québec, c’est une petite bourgade folklorique », a lancé le porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois.