La députée Niki Ashton a perdu son poste dans le cabinet fantôme du Nouveau Parti démocratique (NPD) après que son parti eut découvert qu’elle était partie en voyage en Grèce pour y visiter sa grand-mère malade.

Antoine Trussart Antoine Trussart
La Presse

« Bien que nous comprenions la situation de Mme Ashton et son besoin d’être avec sa famille, des millions de Canadiens suivent les directives de la Santé publique, même lorsque cela les empêche de rendre visite à leurs proches malades », a indiqué le NPD par voie de communiqué.

Le parti a choisi de démettre Mme Ashton de ses fonctions malgré le fait qu’il ne s’agissait pas de vacances pour elle. « Les élus doivent donner l’exemple », lit-on dans la déclaration.

Ses responsabilités de porte-parole du NPD en matière de propriété publique, de transport et de langues officielles seront confiées à d’autres membres du caucus dans les prochains jours.

Mme Ashton s’ajoute à la liste de politiciens qui se trouvent dans l’embarras à la suite de voyages à l’étranger.

Le ministre des Finances de l’Ontario, Rod Phillips, a dû démissionner jeudi puisqu’il s’était rendu à Saint-Barthélemy, dans les Caraïbes, à la mi-décembre, alors même que ses comptes de réseaux sociaux continuaient de publier des messages comme s’il était au pays.

Au Québec, Pierre Arcand, porte-parole libéral en matière de transports, s’est fait demander par sa cheffe de quitter son condominium de la Barbade et de rentrer au pays.

En Alberta, la ministre des Affaires municipales, Tracy Allard, et plusieurs membres du gouvernement conservateur de Jason Kenney sont également partis en voyage récemment.