(Québec) Québec déposera son budget le 10 mars et se donnera les moyens de lutter contre les changements climatiques.

Tommy Chouinard Tommy Chouinard
La Presse

« Cette année, il y a une nouvelle priorité, l’environnement. […] Ce sera certainement un budget qui va donner les moyens et jeter les bases pour rencontrer nos objectifs très ambitieux que nous nous sommes donnés », a annoncé le ministre des Finances Eric Girard jeudi.

Il dégagera les fonds nécessaires pour mettre en œuvre le nouveau plan de lutte contre les changements climatiques, qui doit être présenté bientôt. Son objectif pour 2030 est une réduction des émissions de gaz à effet de 37,5 % par rapport à 1990. C’est « ambitieux », a reconnu M. Girard.

Québec a raté sa précédente cible, une réduction de 20 % d’ici 2020, toujours par rapport à l’année de référence 1990. La baisse des émissions de GES a atteint seulement 8,7 % entre 1990 et 2017.

À la fin janvier, Eric Girard disait s’apprêter à réviser à la hausse ses prévisions de croissance économique et laissait entrevoir des surplus plus importants. L’économie québécoise a connu une performance « remarquable » en 2019, alors que « l’ensemble des économistes, puis on dirait tout le monde, est en train de réviser un peu à la hausse ses prévisions de 2020 ». Pour son budget 2020-2021, « ça pourrait donner un bon score », meilleur que celui anticipé. « Ça pourrait donner un petit peu de marge », affirmait-il.

Eric Girard cherche depuis à tempérer les attentes. Il évoque de « nouvelles incertitudes » liées au coronavirus en Chine.

Dans son plus récent rapport mensuel des opérations financières, le ministère des Finances chiffre à 1,7 milliard de dollars, en date du 20 décembre, le surplus attendu pour 2019-2020 après le versement au Fonds des générations (avant ce versement, le surplus comptable anticipé est de 4,3 milliards). C’est presque 300 millions de plus que ce qu’il prévoyait en novembre.

-Avec la collaboration de Fanny Lévesque