Le Commissaire à la lutte contre la corruption a réitéré l’importance de conserver son indépendance, mercredi, après l’appel du député libéral Marc Tanguay aux policiers de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) à « mettre un point final d’une manière ou d’une autre » à l’enquête Mâchurer, visant notamment l’ancien premier ministre Jean Charest.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

« Compte tenu de la nature même des enquêtes qui sont menées par le CLCC [Commissaire à la lutte contre la corruption], le commissaire Frédérick Gaudreau rappelle aujourd’hui qu’il est primordial qu’il puisse prendre ses décisions opérationnelles en toute indépendance », a fait savoir dans un communiqué le CLCC.

Plus tôt dans la journée, le député libéral de LaFontaine, Marc Tanguay, avait indiqué qu’il était temps que l’UPAC accuse ou s’excuse après six ans d’enquête visant notamment l’ancien premier ministre Jean Charest. « On demande à l’UPAC, réellement, de mettre un point final d’une manière ou d’un autre à cette enquête-là. Après six ans, ça n’a pas de bon sens », a lancé le député en mêlée de presse, mercredi. « Après six ans, je pense que ce n’est pas déraisonnable de faire en sorte qu’il y ait une conclusion et que l’UPAC réponde aux questions. »

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

« Après six ans, je pense que ce n’est pas déraisonnable de faire en sorte qu’il y ait une conclusion et que l’UPAC réponde aux questions », a déclaré Marc Tanguay.

Marc Tanguay réagissait ainsi à la première entrevue accordée par l’ancien chef du Parti libéral du Québec, Jean Charest, à Radio-Canada mardi. M. Charest, qui a confirmé qu’il ne serait pas de la course à la direction du Parti conservateur du Canada, a également profité de sa tribune pour régler ses comptes avec l’UPAC.

M. Charest a notamment réclamé que l’enquête Mâchurer, qu’il a qualifiée de « partie de pêche », se finisse.

« Je pense qu’il a surtout commenté ce qui le touche, les allégations. Je pense que c’est un cri du cœur tout à fait justifié pour un citoyen qui fait l’objet de ces allégations depuis six ans. Est-ce que l’UPAC peut arriver à une conclusion dans ce dossier-là ?  », a soulevé M. Tanguay.

« Donc, qu’on accuse ou qu’on s’excuse ?  », lui a lancé un journaliste. « Probablement, oui. Tout à fait. Tout à fait et qu’on ne prenne pas encore plusieurs années. Qu’est-ce qui nous garantit qu’on n’aura pas la même conversation dans un, deux ou trois ans ? Ça fait déjà six ans, tout citoyen aurait la même réaction », a-t-il répondu.

Une position que ses adversaires politiques n’étaient pas prêts à endosser. « D’un député libéral, de faire cette demande, c’est très audacieux », a réagi la ministre Andrée Laforest.

« Ce qui est important, c’est que l’enquête se fasse comme il faut pour qu’on ait des conclusions transparentes », a indiqué pour sa part le péquiste Harold Lebel. « Il faut que l’UPAC fasse bien son travail », a-t-il ajouté affirmant ne pas vouloir presser l’Unité permanente anticorruption.

La porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, abondait dans le même sens. « Moi, je vais croire l’UPAC », a-t-elle soutenu, affirmant que M. Charest n’avait pas à réclamer quoi que ce soit à propos de l’enquête.

« Je pense que ça ne le regarde pas. C’est une transparence face à la population québécoise et on va laisser l’UPAC finir son travail. C’est pourquoi je souhaite que le nouveau directeur, parce qu’on a été quand même mal pris pendant un certain nombre de temps, ne se laisse pas influencer par les lignes de [communication] de M. Charest. »

Le CLCC a dit comprendre « l’impatience des citoyens et des élus à vouloir connaître l’issue de certaines enquêtes criminelles médiatisées », mais devoir respecter les démarches et l’intégrité des enquêtes.

« Monsieur Gaudreau s’est engagé à rendre publique la finalité de certaines enquêtes ayant retenu l’attention médiatique et il respectera son engagement en temps opportun », a indiqué le CLCC.

L’enquête Mâchurer porte sur le financement politique du Parti libéral du Québec sous la gouverne de M. Charest. Aucune accusation contre lui ou l’ex-grand argentier, Marc Bibeau, n’a été déposée jusqu’à présent.