(Ottawa) Le bureau du premier ministre Justin Trudeau a diffusé un compte-rendu de son appel avec le chef conservateur Erin O’Toole… avant même que cet appel ait eu lieu. L’équipe de M. Trudeau dit qu’il s’agit d’une erreur.

Catherine Lévesque
La Presse Canadienne

Un bref communiqué a été envoyé aux médias aux alentours de 16 h 30, vendredi. Il y est indiqué que le premier ministre a « soulevé ses préoccupations au sujet de la désinformation faite par des députés conservateurs en ce qui concerne la COVID-19 ».

Dans ce compte-rendu, M. Trudeau semble prêt à réprimander M. O’Toole au sujet de certains de ses élus qui ont « minimisé » les effets du coronavirus.

Dans les dernières semaines, l’élue conservatrice Rachael Harder a partagé un article sur sa page Facebook qui dit que 10 des 369 Albertains morts de la COVID-19 à la mi-novembre étaient « en bonne santé apparente », alors qu’un de ses collègues, Dean Allison, a comparé la COVID-19 à une « grippe » lors d’une entrevue à la radio.

Cet extrait du compte-rendu, relevé par une journaliste sur les médias sociaux, a fait réagir l’équipe du chef conservateur.

« C’est étrange. L’appel a lieu à 17 h 15 aujourd’hui. Je suis assise avec Erin O’Toole en ce moment », a écrit la directrice des communications de M. O’Toole, Melanie Paradis, sur Twitter.

« Ceci était une ébauche rédigée par l’équipe qui a été partagée par erreur », a déclaré Ann-Clara Vaillancourt, attachée de presse de M. Trudeau, par courriel.

L’appel entre les deux politiciens était prévu, vendredi en fin de journée, afin de discuter des enjeux bilatéraux clés à soulever avec la nouvelle administration du président-élu des États-Unis, Joe Biden.

Selon une lettre envoyée à M. Trudeau obtenue par La Presse Canadienne, M. O’Toole voulait entre autres discuter de l’importance de collaborer avec les États-Unis dans le cadre de la pandémie, que ce soit pour l’approvisionnement des vaccins ou pour la gestion de la frontière.

Il voulait également inviter le gouvernement canadien à « clairement exprimer sa volonté de collaborer plus étroitement avec les États-Unis pour tenir tête à la Chine ».

Finalement, M. O’Toole voulait réitérer l’importance de sauver le projet Keystone XL, auquel le président-élu Biden s’oppose.

« Comme vous le savez, Keystone XL est d’une importance capitale pour le Canada et cela doit être clairement indiqué à la nouvelle administration Biden. Il faut également préciser que l’achèvement de ce projet est important pour la vision canadienne de nos relations bilatérales », écrit-il.