(Ottawa) L’ancienne députée conservatrice et candidate à la direction de la formation fédérale Kellie Leitch estime que tous les politiciens ont une leçon à tirer du soutien dont dispose toujours le président sortant Donald Trump aux États-Unis.

Stephanie Levitz
La Presse Canadienne

Il faut s’adresser avec clarté aux gens que l’on cherche à atteindre, avance-t-elle, et c’est quelque chose qu’elle dit avoir raté lors de sa propre course à l’investiture du Parti conservateur du Canada en 2017.

Mme Leitch s’était attiré des comparaisons avec Donald Trump lors de sa campagne en raison de certaines de ses idées, dont une proposition visant à soumettre les immigrants à une sorte de test des valeurs canadiennes.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Kellie Leitch

Beaucoup l’ont accusée de s’être emparée de la rhétorique anti-immigration de Donald Trump – un parallèle qui était selon elle injuste, mais qui découlait de ses idées, reconnaît-elle maintenant.

Après son départ de la vie politique, il est devenu apparent que son désir de retourner à la pratique médicale privée au Canada avait également été affecté par ses prises de position, a-t-elle raconté en entrevue.

Ses patients voulaient lui parler de politique, au détriment de sa capacité à fournir des soins – ce qu’elle fait maintenant aux États-Unis, en tant que cheffe de l’orthopédie pédiatrique dans un hôpital du Mississippi.