(Ottawa) Le premier ministre Justin Trudeau affirme que le Canada fera preuve de prudence avant de reconnaître officiellement la victoire d’un candidat lors des élections présidentielles aux États-Unis qui auront lieu le 3 novembre.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

Si le président sortant Donald Trump clame la victoire le soir des élections, alors que des votes envoyés par la poste n’ont pas encore été comptés, le gouvernement canadien va attendre que les autorités responsables d’organiser les élections présidentielles aient rendu leur verdict avant de se prononcer.

La même logique de prudence sera de mise si le candidat démocrate Joe Biden remporte la victoire par une mince marge, a-t-il laissé entendre, en faisant allusion la confusion qui a régné aux élections présidentielles de 2000. À l’époque, il avait fallu attendre plusieurs semaines avant de déterminer le vainqueur entre le candidat républicain George W. Bush et le candidat démocrate Al Gore. Le tribunal avait finalement été appelé à trancher les résultats serrés du vote dans l’État de la Floride, donnant la victoire à M. Bush.

« Nous allons regarder la situation évoluer aux États-Unis, comme cela se fait à tous les quatre ans depuis très longtemps. Nous avons confiance dans la démocratie américaine de bien gérer le processus », a affirmé le premier ministre Justin Trudeau, au terme d’une rencontre virtuelle avec le président du Conseil européen, Charles Michel, et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

« On a déjà eu des situations, notamment en 2000 où cela a pris quelques semaines avant de pouvoir déclarer un résultat final. Nous allons continuer de suivre les protocoles mis en place depuis très, très longtemps pour respecter le choix démocratique et le processus qui se déroulera aux États-Unis », a-t-il ajouté du même souffle durant une conférence de presse.

Au cours des dernières semaines, le président Donald Trump a refusé à quelques reprises de s’engager à un transfert pacifique du pouvoir si les résultats sont serrés. Il a aussi dénoncé le vote par la poste, affirmant qu’il y aura de la fraude, sans toutefois avancer de preuve.

À cinq jours des élections présidentielles aux États-Unis, M. Trudeau et ses homologues européens ont refusé de se prononcer sur l’issue de la campagne, affirmant qu’ils respecteront le choix des électeurs américains et qu’ils travailleront avec l’administration qui sera élue.

En réponse à une question d’une journaliste européen, Justin Trudeau a tout de même réaffirmé que son gouvernement se prépare « à toutes les éventualités » le soir du 3 novembre.

Les sondages nationaux accordent une avant de près de 10 points de pourcentage au candidat démocrate Joe Biden dans les intentions de vote aux États-Unis.