(Ottawa) Justin Trudeau préfère mettre l’accent sur l’arrivée de « deux femmes fortes » à Ottawa que de commenter les courtes victoires libérales dans deux circonscriptions normalement sûres pour les candidats qui se présentent sous la bannière rouge.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

« Je suis très content d’accueillir deux femmes fortes à la Chambre des communes, qui remplacent deux hommes », a offert le premier ministre, se réjouissant de cet « autre pas » vers une meilleure représentativité féminine sur la scène politique fédérale.

« Des élections partielles, c’est toujours particulier, encore plus dans une période de pandémie […] Ça démontre à quel point nos institutions sont fortes », a-t-il ajouté. Mais de la baisse des appuis dans les deux forteresses libérales Toronto-Centre et de York-Centre, il n’a pas parlé.

Lundi soir, dans le cadre de ces élections complémentaires, son parti a perdu des plumes.

Dans la première circonscription, qui a été laissée vacante en août dernier après la démission de l’ex-ministre des Finances Bill Morneau, la candidate libérale Marci Ien, une ancienne journaliste à CTV, a remporté la mise avec 42 % des voix.

Dans l’autre cas, on a eu des sueurs froides dans le camp libéral. Après avoir passé la soirée nez à nez avec le candidat conservateur, la libérale Ya’ara Saks s’est finalement détachée et a gagné avec 45,7 % des suffrages exprimés contre 41,8 % pour Julius Tiangson.

Or, il y a un an à peine, ces deux circonscriptions avaient été raflées par les libéraux avec des avances très confortables : Bill Morneau avait obtenu la faveur de 57,2 % des électeurs dans Toronto-Centre et Michael Levitt, qui a démissionné pour des raisons personnelles, avait récolté 50,2 % des votes exprimés.

Ces élections complémentaires ont eu lieu quelques jours à peine après que les libéraux ont mis au défi les partis d’opposition de le renverser si une motion conservatrice visant la création d’un comité sur l’affaire WE Charity (Mouvement UNIS) était adoptée.

Le Nouveau Parti démocratique a sauvé le gouvernement Trudeau de la chute en s’opposant à la motion.

Détails du plan sur le logement

Le premier ministre consacrait son allocution de mardi à l’annonce des contours d’une annonce déjà faite, soit celle de l’investissement d’un milliard de dollars pour soutenir les Canadiens vulnérables dans le cadre de l’Initiative pour la création rapide de logements.

Il a précisé que ce programme serait divisé en deux volets : « grandes villes » et « projets ».

Une enveloppe de 500 millions de dollars ira immédiatement à la construction de logements à long terme pour les municipalités où la demande est la plus forte.

Une somme équivalente sera dédiée au volet « projets » qui acceptera les demandes pour les autres municipalités, les provinces et les territoires, ainsi que pour les organisations sans but lucratif et les corps dirigeants autochtones.

Selon la ventilation fournie par le gouvernement, Toronto touchera 203,3 millions de dollars, Montréal : 56,8 millions de dollars, Vancouver : 51,5 millions de dollars, Ottawa : 31,9 millions de dollars et la Ville de Québec, 7,1 millions de dollars, entre autres.

« L’annonce d’aujourd’hui s’inscrit dans notre engagement à éliminer l’itinérance chronique au Canada — comme nous l’avons annoncé dans le discours du Trône — tout en créant de bons emplois dans les secteurs du logement et de la construction », a expliqué Justin Trudeau.