(Ottawa) Le gouvernement Trudeau tente de couper l’herbe sous le pied des partis d’opposition en proposant la création d’un comité spécial dédié à l’étude des dépenses liées à la COVID-19.

Catherine Lévesque
La Presse Canadienne

Les conservateurs ont promis de faire tout en leur pouvoir pour aller au fond de la controverse UNIS (WE Charity, en anglais). Ils prévoyaient proposer la création d’un comité cette semaine qui se pencherait spécifiquement sur cette affaire.

Lundi matin, le leader parlementaire du gouvernement, Pablo Rodriguez, a divulgué sa proposition qu’il estime « raisonnable » dans une lettre envoyée à ses homologues des partis d’opposition.

« Nous reconnaissons l’impact en termes financiers de faire le nécessaire, sachant qu’il serait plus coûteux d’en faire moins. C’est pourquoi j’appuie la formation d’un comité spécial de la Chambre des communes dédié à l’étude des investissements liés à la COVID-19 », écrit-il.

« Ce comité spécial permettra aux autres comités permanents de faire leur travail et de se concentrer sur le dossier important de la COVID-19 », poursuit-il.

Selon la proposition mise de l’avant par M. Rodriguez, le comité spécial pourrait convoquer les témoins qu’il juge appropriés et devra faire rapport au plus tard le 15 février 2021.

M. Rodriguez a divulgué sa proposition quelques minutes avant le début d’un comité parlementaire sur l’éthique. Les conservateurs ont accusé les membres libéraux de ce comité d’avoir fait de l’obstruction aux travaux du comité pendant plus de 12 heures.

Le leader parlementaire du gouvernement soutient plutôt que l’opposition officielle agit de façon purement partisane.

« Son objectif principal est de paralyser le gouvernement à un moment où l’entièreté du gouvernement du Canada se concentre sur la santé et la sécurité des Canadiens », écrit M. Rodriguez dans sa lettre.