(Ottawa) Il n’y aura vraisemblablement pas d’élections fédérales à court terme. Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a offert son appui à un projet de loi dont certaines mesures étaient conditionnelles à son soutien au discours du Trône lors d’un vote de confiance. Cela devrait assurer le maintien au pouvoir du gouvernement de Justin Trudeau.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

« Si le projet de loi [auquel des amendements du NPD doivent être inclus lundi] reflète ce qu’on a discuté […], on va appuyer le projet de loi, et puis oui, on va appuyer le discours du Trône », a déclaré le chef néo-démocrate Jagmeet Singh en conférence de presse au parlement, vendredi après-midi.

Il fait référence à la mesure législative C-2 déposée jeudi dernier par le gouvernement, dans lequel on propose de faire passer à 500 $ par semaine, plutôt que les 400 $ avancés il y a un mois, le montant de la prestation qui remplacera la Prestation canadienne d’urgence (PCU). Celle-ci vient à échéance dimanche.

Le chef Singh avait alors affirmé qu’il en voulait davantage sur le plan des congés de maladie payés. Il se disait alors « très optimiste » de parvenir à arracher des mesures en ce sens aux libéraux.

Il a crié victoire, vendredi.

« C’est incroyable, c’est une grande réussite pour les travailleurs », s’est-il réjoui, sans toutefois préciser les détails des amendements proposés par son parti à C-2, et se contentant de dire que cela aidera « des millions » de Canadiens plutôt que « des milliers ».

Le leader du gouvernement en Chambre, Pablo Rodriguez, a confirmé qu’il y avait entente. « On entre dans la 2e vague et il y a des millions de Canadiens qui grattent encore les fonds de tiroirs. On a une entente avec [le NPD] sur un projet de loi qui va livrer l’aide dont les gens ont besoin », a-t-il tweeté, vendredi.

Minoritaire aux Communes, le gouvernement libéral doit rallier au moins l’un des trois partis d’opposition reconnus pour survivre lors de votes de confiance comme celui étant rattaché au discours du Trône qui a été présenté mercredi.

L’opposition conservatrice a rapidement fermé la porte à un appui, citant entre autres des ingérences dans les champs de compétence des provinces en santé et une absence de mention de l’aliénation des provinces de l’Ouest.

Quant au Bloc québécois, il a posé un ultimatum au gouvernement : soit Ottawa majore les transferts en santé aux provinces, soit ses députés n’accorderont pas leur confiance au gouvernement Trudeau.

Le NPD avait choisi de laisser durer le suspense, Jagmeet Singh ayant refusé de se prononcer avant d’obtenir satisfaction sur la transition de la PCU ainsi que sur les congés de maladie.

Les débats sur le discours ont débuté mercredi, après sa présentation par la gouverneure générale Julie Payette. La date de la mise aux voix aux Communes n’est pas encore connue, mais cela pourrait prendre quelques jours ou quelques semaines.