La Sûreté du Québec (SQ) a été mise au fait de plusieurs propos menaçants sur les réseaux sociaux visant « un élu de l’Assemblée nationale ». Le corps policier assure prendre la situation très au sérieux.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

La SQ a reçu au courant de la fin de semaine des plaintes à l’endroit de plusieurs internautes proférant des propos violents via Facebook. « Nous sommes au fait de propos menaçants visant un membre de l’Assemblée nationale. Comme pour chaque dossier sous enquête, on ne peut divulguer de détails. Les actions appropriées vont être entreprises », confirme l’agent Stéphane Tremblay, porte-parole de la SQ.

Selon nos informations, des menaces de mort ont récemment été proférées par plusieurs personnes à l’endroit du premier ministre François Legault sur le fil de discussion d’un groupe Facebook. Le groupe en question affiche plusieurs théories complotistes, s’oppose avec véhémence au port du masque et doute de l’existence même de la pandémie. On y reproche au premier ministre d’encourager les citoyens à maintenir le port du masque pour freiner la hausse des cas de COVID-19, dans une entrevue à la radio.

« La SQ a effectivement été mise au fait des publications. Nous ne ferons aucun commentaire pour ne pas nuire au travail des policiers », a indiqué Ewan Sauves, attaché de presse de M. Legault.