(Québec) Le premier ministre François Legault n’a pas peur de la corruption : il a des comptables pour y faire face.

Caroline Plante
La Presse canadienne

C’est ce qu’il a répondu, mardi, à un journaliste qui l’interrogeait sur le projet de loi 61 visant à renouveler l’état d’urgence et accélérer 202 projets d’infrastructures.

« On a Christian Dubé, comptable agréé, on a quelques comptables agréés dans l’équipe, a-t-il dit. Moi, honnêtement, là, ça ne m’inquiète pas, la corruption. »

Le premier ministre a aussi signalé la présence dans son équipe de l’ex-procureure en chef de la commission Charbonneau, Sonia LeBel.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

La ministre Sonia LeBel

Pourtant, le Comité public de suivi des recommandations de la commission Charbonneau, composé d’universitaires, est loin de partager l’optimisme du premier ministre.

« N’avons-nous rien appris de la commission Charbonneau ? » demande le comité dans son mémoire présenté mardi soir.

Selon lui, le projet de loi 61 « crée des conditions extrêmement favorables à l’émergence de corruption, de collusion et autres malversations ».

« Le projet de loi a pour effet d’augmenter la quantité de projets à réaliser, de conférer un caractère d’urgence à ces projets, de réduire voire d’éliminer le cadre normatif de l’octroi des contrats, de multiplier les occasions d’interférences politiques et de conférer un pouvoir discrétionnaire considérable à l’exécutif », écrivent les auteurs.

S’il est adopté, le projet de loi 61 empêchera les citoyens de contester une expropriation. Il permettra au gouvernement de conclure des ententes de gré à gré, de changer les lois par règlement et de mettre les ministres à l’abri de poursuites judiciaires.

« Ils se disent : nous aimons le pouvoir, nous aimons être populaires et nous voulons nous assurer que nous entendrons de moins en moins de gens qui s’opposent à nos politiques, même au parlement. C’est de l’autoritarisme léger », a asséné en point de presse le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé.

Plus tôt, la présidente-directrice générale par intérim de l’Autorité des marchés publics, Nathaly Marcoux, avait lancé cet avertissement : « Nous aurions tort de relâcher la garde en cette période où nous devons, au contraire, être encore plus vigilants. »

La CAQ soupçonnée de « tourner les coins ronds »

Invités eux aussi à se prononcer sur le projet de loi 61, les environnementalistes ont mis en garde le gouvernement Legault contre une relance économique rapide qui « tourne les coins ronds ».

Le premier ministre Legault s’est plaint mardi que les évaluations environnementales au Québec pouvaient prendre « jusqu’à 11 mois ».

« Cette révision-là des processus ne devrait pas se faire […] avec un sentiment d’urgence en temps de crise », a averti Marc-André Viau, du mouvement Équiterre.

La Fondation David Suzuki a plaidé que l’État avait un devoir d’« exemplarité » en matière d’environnement.

Selon son analyste en politiques publiques, Sylvain Perron, les évaluations environnementales se feront plus rapidement le jour où le ministère de l’Environnement embauchera de nouveaux employés.

« En bon Québécois, il faut du “staff” pour analyser la quantité de projets qui vont être admis, et ils ont besoin de ressources », a-t-il dit.

Le député libéral Gaétan Barrette s’est placé du côté des groupes environnementaux.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Gaétan Barrette

À ses yeux, le projet de loi 61 est inutile, dans la mesure où des projets peuvent être accélérés en appliquant mieux les règles et non en les contournant.

« On n’a pas besoin de 61, a-t-il martelé en point de presse, à moins que le gouvernement souhaite absolument se servir de 61 pour se donner un paquet de pouvoirs […], comme tout le monde le soupçonne. »

Il a affirmé que le projet de loi devra être modifié substantiellement, mais n’a pas demandé à ce qu’il soit retiré complètement.

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, partage cet avis ; selon elle, le gouvernement n’a donné aucune démonstration que le projet de loi 61 était nécessaire.

« La crainte, avec un projet comme celui-là, c’est de se retrouver […] avec des infrastructures en carton qui ont coûté peut-être 30 %, 40 % de plus, et qui, dans les faits, ont “by-passé” des règles de protection, des filets qu’on s’est donnés socialement pour protéger notre environnement », a-t-elle déclaré.

Le premier ministre Legault s’est montré ouvert mardi à ajouter des ressources pour faire les évaluations environnementales. Il a également indiqué qu’il était prêt à prolonger l’étude du projet de loi au-delà du 12 juin.