(Ottawa) Dre Theresa Tam, une spécialiste des maladies infectieuses, pilote la réponse du Canada dans sa lutte contre le coronavirus depuis des mois.

Catherine Lévesque
La Presse canadienne

Mais le chef conservateur Andrew Scheer croit qu’une poignée de députés devrait scruter la réponse de l’administratrice en chef de la santé publique du Canada en temps de pandémie.

« Clairement, il y a des décisions basées sur les recommandations de Dre Tam qui n’étaient pas dans la bonne direction », a-t-il affirmé jeudi.

PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, Dre Theresa Tam

Il a refusé d’exprimer sa confiance envers la responsable de la santé publique du Canada dans les deux langues officielles.

M. Scheer a tenu une troisième conférence de presse en autant de jours pour exiger que le Parlement soit rappelé avec des élus qui siègent en personne, plutôt que la version virtuelle préconisée par les libéraux.

Jeudi, le chef de l’opposition officielle avait durci le ton.

« Nous demandons la tenue de “séances de responsabilisation” toutes les semaines », a dit M. Scheer, qui veut profiter de ces séances pour bombarder le gouvernement libéral minoritaire de questions liées à sa gestion de la pandémie.

Tant Dre Tam que des ministres importants du cabinet Trudeau ont fait référence aux directives de l’Organisation mondiale de la santé, qui appelait à la prudence au début de la pandémie.

Les conservateurs ont fait leurs choux gras de certaines anciennes déclarations de l’OMS sur la fermeture des frontières — mesure jugée inefficace au début de la crise — ou sur le port du masque — maintenant recommandé pour éviter la transmission de gouttelettes.

M. Scheer dit qu’il veut savoir pourquoi et comment le gouvernement canadien continue de se fier aux directives de l’OMS.

« Alors on veut tenir le gouvernement responsable, on doit poser des questions, on doit utiliser les outils de notre institution pour arriver à des conclusions », a-t-il martelé pour justifier le rappel de séances aux Communes.

Les partis fédéraux sont toujours en négociations pour tenter de trouver un compromis, sans quoi les députés devront être rappelés à la Chambre des communes le lundi 20 avril comme prévu.

Les conservateurs souhaitent des séances quatre fois par semaine en personne, mais avec une trentaine de députés.

Le premier ministre Justin Trudeau a dit plus tôt en journée que les partis étaient « à veille » d’en arriver à un accord.

« Notre démocratie est en santé et je sais que nos institutions doivent continuer à fonctionner, pas malgré la crise, mais à cause de la crise », a-t-il affirmé.

Il a ajouté qu’il en aurait bientôt plus à dire sur le fonctionnement du Parlement « pour les semaines à venir ».