(Ottawa) S’il avise les intéressés qu’il ne s’exprimera jamais aussi bien dans la langue de Molière que le président de la République française, Emmanuel Macron, l’ancien ministre de la Justice et candidat à la direction du Parti conservateur, Peter MacKay, promet de déployer les efforts qui s’imposent pour parfaire ses connaissances en français.

Joël-Denis Bellavance
Joël-Denis Bellavance La Presse

« C’est une priorité pour moi. Je sais que c’est nécessaire d’améliorer mon français. Je commence à prendre des leçons », lance M. MacKay dans une entrevue d’une vingtaine de minutes accordée à La Presse vendredi et qui s’est déroulée exclusivement en français.

En donnant le coup d’envoi de sa campagne au leadership, samedi dernier, à Stellarton, en Nouvelle-Écosse, M. MacKay s’est attiré les critiques de certains après avoir prononcé quelques passages de son discours dans un français laborieux.

L’un de ses adversaires de la course, le député conservateur de l’Ontario Erin O’Toole, s’en est pris à lui sur son compte Twitter, affirmant que l’ancien ministre ne pouvait pas s’adresser adéquatement en français aux Québécois.

Des députés conservateurs du Québec qui l’appuient – Pierre Paul-Hus, Luc Berthold et Bernard Généreux – se sont portés à sa défense.

« Il y a maintenant beaucoup d’anglophones qui comprennent mon français. Ça, c’est un problème ! », s’est exclamé Peter MacKay, répliquant ainsi à Erin O’Toole et des chroniqueurs anglophones qui lui ont adressé des reproches.

C’est absolument nécessaire d’avoir la capacité de présenter mes idées, mes politiques en français, dans les deux langues officielles du Canada.

Peter MacKay, candidat à la direction du Parti conservateur

« Je suis content de mes progrès jusqu’ici. Je vais continuer de m’améliorer. […] Mais je sais que je ne parlerai jamais en français comme Emmanuel Macron ! Ce n’est pas possible ! », a-t-il dit en riant.

S’il a un regret à cet égard, c’est d’avoir mis de côté son apprentissage du français après avoir quitté la politique fédérale en 2015 pour travailler pour un cabinet d’avocats de Toronto. Il promet de corriger le tir – il le fait d’ailleurs depuis trois semaines en suivant des cours, en s’exerçant avec sa femme Nazanin Afshin-Jam, qui parle couramment le français, en lisant le journal et en regardant les bulletins télévisés le soir.

« J’ai beaucoup d’inquiétudes »

Pourquoi Peter MacKay a-t-il décidé de revenir en politique fédérale quatre ans après avoir tiré sa révérence ? Le principal intéressé répond qu’il ne peut demeurer à l’écart alors que le gouvernement Trudeau adopte des politiques qui provoquent la division au pays. La colère dans les provinces de l’Ouest, la renaissance du Bloc québécois au Québec et les déficits qui s’accumulent sont autant de sujets qui l’inquiètent.

« J’ai beaucoup d’inquiétudes [concerns], dit-il en entrevue au sujet de l’avenir de notre pays. Les politiques à Ottawa ne marchent pas pour beaucoup de provinces, pour beaucoup de secteurs et le peuple. Et j’ai beaucoup à offrir : mon expérience, mes idées, mes politiques. J’ai bon espoir qu’avec un gouvernement conservateur, on aura la possibilité de prendre une nouvelle direction plus prospère pour le pays », a-t-il affirmé.

S’il remporte la course à la direction du Parti conservateur à Toronto le 27 juin et qu’il réussit à mener les conservateurs au pouvoir aux prochaines élections, M. MacKay affirme que renforcer l’unité du pays sera l’une de ses priorités. Et rétablir l’équilibre budgétaire sera aussi en tête de liste.

« L’économie sera une grande priorité, c’est évident. Mais avec les gros déficits, le gouvernement impose une taxe sur le futur de nos enfants, c’est une taxe pour les prochaines générations. Ce n’est pas juste et ce n’est pas bon pour notre économie non plus. »

Ce serait une priorité pour un gouvernement conservateur de s’attaquer aux déficits et revenir à l’équilibre.

Peter MacKay, candidat à la direction du Parti conservateur

Alors que les conservateurs n’ont jamais pu remporter plus qu’une dizaine de circonscriptions au Québec malgré les perches que le gouvernement Harper a tendues (il a reconnu la nation québécoise, réglé le déséquilibre fiscal entre Ottawa et les provinces et donné une voix au Québec à l’UNESCO), M. MacKay croit que le message conservateur trouvera un écho en continuant de respecter les compétences du Québec.

À cet égard, il affirme qu’il s’oppose à toute velléité du gouvernement fédéral de contester la Loi sur la laïcité de l’État (« loi 21 »).

« Je crois que c’est toujours important de respecter les compétences du Québec. Ce n’est pas au gouvernement fédéral d’intervenir dans le cas de la loi 21. C’est un bon exemple. Ce n’est pas à Ottawa de dire aux provinces quoi faire dans leur champ de compétences », a-t-il martelé.

M. MacKay, qui a aussi été ministre des Affaires étrangères et ministre de la Défense dans le gouvernement Harper, compte s’en remettre aux députés conservateurs du Québec pour bien le conseiller sur les enjeux importants touchant la « nation québécoise ».

« Je suis très, très chanceux d’avoir des personnes comme Pierre Paul-Hus et les autres députés de notre caucus qui m’expliquent les bonnes positions au Québec et qui me donnent une bonne compréhension des enjeux qui affectent le peuple ici. »

Peter MacKay et les enjeux sociaux

Moins d’une semaine après avoir lancé sa campagne, M. MacKay a clairement fait savoir à quelle enseigne il loge sur les enjeux sociaux tels que les mariages gais et l’avortement. Il a déjà annoncé qu’il participerait au défilé de la Fierté de Toronto, qui aura lieu le 28 juin, 24 heures après que les conservateurs auront choisi leur chef.

« C’est évident que je suis un progressiste sur les enjeux sociaux. Je suis à l’aise avec tous ces enjeux et dans cette campagne il n’y a personne qui m’attaque parce que je supporte les droits des femmes et des familles. […] On a tourné la page. C’est nécessaire de [focaliser] sur les enjeux qui représentent un grand défi pour beaucoup de familles. »

L’un de ces défis, c’est évidemment la lutte contre les changements climatiques. À ce sujet, il promet un « vrai plan » chiffré qui, dit-il, « va faire une différence pour l’environnement ». Pas question, toutefois, d’imposer une taxe sur le carbone, a-t-il prévenu.

« Les enjeux de l’environnement, je sais que c’est tellement important au pays, particulièrement chez les jeunes et ici au Québec. Mais certaines approches du gouvernement fédéral ne marchent pas. M. Trudeau a un bilan atroce. Ça ne marche pas et ça ne diminue pas les émissions de gaz à effet de serre. J’ai l’intention de pousser M. Trudeau sur cet enjeu parce qu’il a dit beaucoup de choses, mais il n’a rien fait. »