Des choses restent à être « finalisées », mais « il y a un accord » avec Justin Trudeau sur la nécessité de financer cinq projets de tramway au Québec, a déclaré le premier ministre François Legault vendredi, à la sortie de sa première rencontre avec le premier ministre fédéral depuis sa réélection.

Louise Leduc Louise Leduc
La Presse

Pour ces projets à Québec, Montréal, la rive sud de Montréal, la rive nord de Montréal et Gatineau, Québec espère un financement fédéral de 40 %.

François Legault a aussi dit qu’il avait tenu à parler de la loi 21 sur le port des signes religieux avec son homologue fédéral. « Je ne lui demande pas son accord, mais qu’il respecte la décision de la nation québécoise. »

M. Legault n’a pas précisé ce que Justin Trudeau lui avait répondu à ce sujet, le laissant répondre lui-même à ces questions.

Pendant la discussion, qui a duré une heure, il a aussi été question des géants du web (qui, en prenant une grosse part des revenus publicitaires, mettent en péril la survie des médias canadiens). Là-dessus, M. Legault a dit qu’il y avait une « position commune » pour que « la TPS soit mise en application le plus rapidement possible, comme on l’a déjà fait au Québec ».

Pour ce qui est de l’imposition sur les profits de ces entreprises, M. Legault a évoqué 2020, dans une initiative commune avec les pays de l’OCDE.

Le premier ministre québécois a réitéré que l’entente commerciale avec les États-Unis et le Mexique, bien qu’imparfaite, comporte « des gains importants », y compris dans le secteur de l’aluminium.

Il aurait certes préféré que le Mexique ne soit pas en mesure de s’approvisionner en Chine, mais le fait que les alumineries puissent « exporter leurs biens aux États-Unis sans tarifs » est une victoire importante, aux yeux de M. Legault.  

M. Trudeau n’a pas fait de point de presse après la rencontre, mais avant celle-ci, il a souligné  que « le Québec est un grand partenaire ».