(Québec) Pierre Karl Péladeau a écrit une lettre au premier ministre du Québec dans laquelle il laisse entendre que les propos du gouvernement concernant une administratrice de Québecor sont « rétrogrades » parce qu’adressés à une femme.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

« Ça n’a rien à voir avec le fait que ce soit un homme ou une femme, a répondu vendredi François Legault lors d’une mêlée de presse. Tout ce qu’a dit M. Fitzgibbon c’est qu’il y a eu apparence de conflit d’intérêts. Point final. Il n’y a rien pour s’excuser. Il n’y a rien pour s’excuser. »

La magnat des médias n’a pas digéré que le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, ait évoqué une possible « apparence de conflit d’intérêts » dans le refus de Desjardins d’investir dans le Groupe Capitales Médias (GCM). Il a donc écrit une lettre au premier ministre mercredi. Il l’a rendue publique sur Twitter vendredi.

Dans la foulée de la lettre, le premier ministre Legault a demandé à son chef de cabinet, Martin Koskinen, d’appeler Pierre Karl Péladeau afin d’en discuter.

La présidente du conseil d’administration de Groupe TVA et vice-présidente du conseil de Québecor, Sylvie Lalande, préside le conseil d’administration de Capital régional et coopératif Desjardins (CRCD).  

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

La présidente du conseil d’administration de Groupe TVA et vice-présidente du conseil de Québecor, Sylvie Lalande.

M. Fitzgibbon a indiqué mercredi qu’il n’a aucune preuve que l’empire médiatique, qui est un concurrent de GCM, a exercé des pressions sur Desjardins pour qu’il se retire du projet de coopérative. Mais il a maintenu qu’il y a apparence de conflit d’intérêts, tout comme le premier ministre Legault.

Selon M. Péladeau, le gouvernement a adopté une attitude « rétrograde » dans cette histoire. « Le Québec devrait promouvoir l’avancement des femmes dans tous les domaines, et particulièrement dans le monde des affaires, écrit le président et chef de la direction de Québecor. Votre ministre nous ramène en arrière par ses déclarations intempestives faites sans réflexion et pleines de préjugés. »

Desjardins a assuré dans un communiqué mercredi qu’il n’y avait eu aucun conflit d’intérêts. « Mme Sylvie Lalande n’a jamais été en situation de conflit d’intérêts puisque le C.A. de CRCD n’a pas été associé à la décision de décliner la demande de contribution », précisait Desjardins. Le modèle d’affaires de GCM était simplement trop risqué pour y investir, ajoutait l’institution financière.

Mais Desjardins annonçait du même souffle son intention de réévaluer le dossier, puisque que le plan d’affaires pour relancer l’entreprise de presse a été bonifié, et que Québec s’est montré ouvert à augmenter sa contribution.