(Québec) Il y aura peut-être une course à la succession de Philippe Couillard après tout. Nouveau membre du Parti libéral, Alexandre Cusson annoncera mardi qu’il quitte la présidence de l’Union des municipalités (UMQ), ce qui ouvre la porte à sa candidature à la chefferie. Le maire de Drummondville a convoqué une réunion spéciale du conseil d’administration de l’UMQ au cours de laquelle il confirmera sa démission. Il a pris sa carte du PLQ la semaine dernière.

Martin Croteau Martin Croteau
La Presse

Denis Lessard Denis Lessard
La Presse

M. Cusson s’est refusé à tout commentaire lorsque La Presse l’a joint mardi.

Rencontré la semaine dernière, M. Cusson avait confirmé avoir été sollicité par des membres du PLQ qui le pressaient de se porter candidat à la direction. Il se disait cependant heureux de sa situation « pour le moment ».

Pour l’heure, Dominique Anglade est la seule candidate officielle à la chefferie du PLQ. Elle semble détenir une avance importante au chapitre de l’organisation et elle a déjà recueilli l’appui de neuf députés.

Mais si M. Cusson confirme sa candidature, la députée de Saint-Henri–Sainte-Anne affrontera un adversaire de taille, indique-t-on dans les rangs libéraux. Bien que son parcours politique ait surtout été au municipal, on fait remarquer qu’il a déjà été membre de l’aile jeunesse du PLQ dans les années 80.

Cet attachement de longue date est susceptible de faire contraste avec Mme Anglade, qui a débuté sa carrière politique à la Coalition avenir Québec.

On relève aussi que sa candidature pourrait recueillir des d’appuis à l’extérieur de la grande région de Montréal. Il s’agit d’un atout de taille puisque le PLQ n’a fait élire qu’un député à l’est de Montréal aux dernières élections générales.

Au cours des dernières semaines, plusieurs libéraux ont dit souhaiter une course. Jean-Marc Fournier est du nombre, non parce qu’il s’oppose à la candidature de Mme Anglade, mais parce qu’il croit que le parti bénéficierait d’un débat d’idées.

« J’appuie M. Cusson, j’appuie aussi Dominique Anglade, a dit M. Fournier. Pour moi l’important est qu’il y ait une course. »