(Québec) Justin Trudeau ne pourra pas compter systématiquement sur l’appui des députés libéraux de l’Assemblée nationale lors de la prochaine campagne électorale. Le chef par intérim du PLQ, Pierre Arcand, n’enverra aucun mot d’ordre à ses troupes, qui pourront appuyer qui ils veulent, mais « peut-être pas un candidat du Bloc », a-t-il précisé.

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

« Je n’ai pas de directive à donner à personne », a dit M. Arcand mardi.  

Le chef libéral a également présenté mardi les demandes des libéraux du Québec pour la campagne électorale fédérale. Le PLQ souhaite entre autres que les chefs des partis fédéraux s’engagent à éponger davantage les pertes que subit l’industrie laitière en raison de la signature d’un nouvel accord commercial avec les États-Unis.  

En matière de commerce électronique, M. Arcand souhaite qu’Ottawa applique la TPS aux entreprises qui sont en affaires au Québec, notamment les géants américains du web. En matière de santé, les libéraux provinciaux déplorent aussi que le « gouvernement fédéral a réduit sa contribution en matière de santé au cours des dernières années. »

« Le manque à gagner est estimé à 14 milliards sur 10 ans pour le Québec. Les transferts doivent être rééquilibrés », estime le PLQ.  

Les libéraux provinciaux souhaitent aussi qu’Ottawa hausse le financement au transport collectif et renforce les règles pour le vol d’identité.