Au lendemain de la publication d’un rapport du commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique le blâmant sévèrement dans l’affaire SNC-Lavalin, le premier ministre Justin Trudeau n’a pu échapper à la controverse ce matin.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

« Je ne vais pas m’excuser d’avoir été là pour défendre les emplois des Canadiens, c’est ma job en tant que premier ministre », a répété Justin Trudeau interrogé par des journalistes en marge d’une annonce à Fredericton au Nouveau-Brunswick.

 Justin Trudeau ne devait pas prendre de questions, mais il n’a eu d’autre choix que de répondre aux médias qui l’attendaient ce matin. « Je ne suis pas d’accord avec les conclusions du commissaire à l’éthique, mais j’accepte son rapport et je respecte son travail, je prends l’entière responsabilité », a-t-il poursuivi avant de quitter.

M. Trudeau a une fois de plus promis de mettre en œuvre les recommandations du rapport d'Anne McLellan – commandé par le premier ministre pour étudier le double rôle de procureur général et de ministre de la Justice – « pour s’assurer qu’un aucun gouvernement ne se trouve dans la situation dans laquelle on s’est retrouvé ».

Le rapport du commissaire Mario Dion, qui a conclu que Justin Trudeau s’est « prévalu de sa position d’autorité » pour tenter d’influencer l’ancienne ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould à la faveur de SNC-Lavalin, a eu l’effet d’une bombe hier dans le Tout-Ottawa à un mois du déclenchement des élections générales.

Les réactions se multiplient d’ailleurs depuis ce matin, à commencer par celle de l’ex-présidente du Conseil du Trésor, Jane Philpott, qui a claqué la porte du cabinet après Mme Wilson-Raybould dans la foulée de la tempête.

« Ce rapport rétablit les faits. Le rapport parle de lui-même au sujet des agissements du premier ministre », écrit-elle dans une déclaration diffusée sur son compte Twitter. « Servir comme député est un devoir solennel. À ce sujet, j’ai pris une décision basée sur ces principes parce que je crois que mes commettants veulent que je défende les plus hauts standards d’éthique », ajoute celle qui briguera les suffrages dans Markham-Stouffville comme candidate indépendante en octobre prochain.

Jane Philpott, réputée pour être une amie proche de Jody Wilson-Raybould, a indiqué « regretter » que le plein accès aux documents confidentiels du bureau du Conseil privé ait été refusé au commissaire Dion. Elle se dit par ailleurs « triste des impacts laissés » par cette controverse « sur le pays », affirmant que le « Canada pourra en ressortir plus fort ».

« J’ai pleine confiance », assure Freeland

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a pour sa part pris soin de réitérer sa confiance envers le premier ministre Justin Trudeau.

« Sur une note plus personnelle, c’est une opportunité pour moi d’être très claire aujourd’hui : j’ai personnellement une pleine confiance envers le premier ministre. C’est un privilège pour moi de servir tous les Canadiens […] et c’est un honneur de faire partie du cabinet de M. Trudeau », a-t-elle lancé lors d’une conférence de presse en Nouvelle-Écosse.

Mme Freeland a indiqué ne pas avoir lu l’entièreté du rapport Dion puisqu’elle était en déplacement hier.