Source ID:4226eecc502d332ebfae5e94116fc8d9; App Source:StoryBuilder

Andrew Scheer dévoile son plan vert

Le programme de lutte contre les changements climatiques... (PHOTO COLE BURSTON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le programme de lutte contre les changements climatiques du chef conservateur Andrew Scheer était attendu depuis plus d'un an.

PHOTO COLE BURSTON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

(Chelsea) Le Parti conservateur préconise «des technologies vertes, pas des taxes». Pour les particuliers et les petites entreprises, des crédits d'impôt. Pour les grandes entreprises qui polluent trop, une obligation de compenser en faisant des investissements verts. Et pour le reste, les détails restent à suivre.

Dans son plan environnemental de 60 pages dévoilé mercredi, le parti confirme qu'il éliminera la taxe carbone instaurée sous le gouvernement de Justin Trudeau, soulignant cependant d'entrée de jeu que le Canada «contribue peu au problème mondial» des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Mais n'empêche, les conservateurs s'engagent à respecter les objectifs de l'accord de Paris sur le climat, soit réduire les émissions de 30% sous les niveaux de 2005 d'ici 2030.

«Notre plan donne au Canada la meilleure possibilité et la plus réaliste d'atteindre les cibles de Paris», a argué le chef Andrew Scheer.

Le leader conservateur, dont le programme de lutte contre les changements climatiques était attendu depuis plus d'un an, s'est livré à plusieurs attaques contre les libéraux de Justin Trudeau. Il a notamment établi un parallèle entre le pacte climatique signé à Paris en 2015 et le protocole de Kyoto, entré en vigueur une décennie plus tôt.

«Au moment où notre gouvernement conservateur précédent est arrivé au pouvoir en 2006, Kyoto était hors de portée. L'inaction des libéraux l'avait rendu impossible à atteindre. Treize ans plus tard et nous revoilà dans la même situation», a-t-il exposé dans un discours livré à Chelsea, au Québec, à 30 minutes de route d'Ottawa.

«Cette fois, c'est l'Accord de Paris. Un autre effort international qui vise à lutter contre les changements climatiques, une autre promesse grandiose d'un gouvernement libéral qui demandait au Canada de faire sa part», a poursuivi le chef Scheer. Lorsque le précédent gouvernement conservateur de Stephen Harper est arrivé au pouvoir, il s'est retiré de l'accord de Kyoto.

Incitatifs verts

La façon dont la formation d'Andrew Scheer compte parvenir à atteindre les cibles de réduction de GES de Paris reste à clarifier: parmi les 55 propositions contenues dans le plan, plusieurs demeurent vagues - «encourager», «travailler avec» et «étudier» sont des termes qui reviennent assez fréquemment dans le texte.

En revanche, on y met de l'avant plusieurs mesures chiffrées, dont deux nouveaux crédits d'impôt.

Si sa formation est élue, les Canadiens pourront se prévaloir d'un crédit d'impôt de 20% pour les améliorations vertes à une résidence de 1000 $ jusqu'à concurrence de 20 000 $ - un programme limité à deux ans, chiffré à 900 millions par année.

Un autre crédit d'impôt serait aussi instauré: celui pour les brevets verts, qui réduirait de 15% à 5% le taux d'imposition provenant de technologies vertes brevetées au pays. Il coûterait 20 millions au début et passerait à 80 millions après quatre ans.

Les grands émetteurs, de leur côté, devraient réduire leurs émissions pour respecter des normes que le chef Scheer s'engage à établir. Et si elles échouent à le faire, elles devront investir «un montant fixe pour chaque tonne de gaz à effet de serre excédant la limite» de 40 kilotonnes par an..

Ces investissements peuvent se faire, par exemple, dans une filiale ou une division de l'entreprise qui fait de la recherche et du développement admissibles sur les technologies de gaz de réduction des émissions.

Attaques préventives libérales

Les libéraux n'ont pas attendu qu'Andrew Scheer dépose son plan avant de le tailler en pièces. «On sait très bien que les politiciens conservateurs ne prennent pas au sérieux la responsabilité de lutter contre les changements climatiques», a pesté Justin Trudeau.

«On ne s'attend pas à ce que ce soit un vrai plan pour protéger l'environnement», a-t-il lancé avant de s'engouffrer dans la Chambre des communes pour participer à la période des questions.

Les néo-démocrates l'ont bombardé de questions sur l'approbation, la veille, du projet d'agrandissement de l'oléoduc Trans Mountain. Il s'est défendu en plaidant que l'argent généré grâce au pipeline servirait à financer la transition vers une économie verte.

Deux de ses ministres, Bill Morneau (Finances) et Amarjeet Sohi (Ressources naturelles) se trouvaient dans l'Ouest, mercredi, pour mousser l'annonce qui a été bien accueillie en Alberta par le premier ministre Jason Kenney.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer