(Ottawa) Justin Trudeau a indiqué mercredi que sa rencontre avec le président américain Donald Trump à Washington, jeudi, serait une occasion de discuter à nouveau de la Chine et des enjeux mondiaux qui seront abordés lors du sommet du G20, la semaine prochaine au Japon.

La Presse canadienne

À son arrivée à la réunion hebdomadaire du caucus libéral, à Ottawa, le premier ministre a déclaré que les deux dirigeants discuteraient du défi que la Chine pose au commerce mondial en général — mais aussi aux économies du Canada et des États-Unis en particulier.

Le gouvernement canadien demande par ailleurs à Pékin de libérer deux de ses ressortissants dont la détention est généralement perçue comme des représailles à l’arrestation de la dirigeante de Huawei à Vancouver, à la demande des États-Unis. Les Américains accusent Meng Wanzhou de fraude pour avoir tenté de contourner les sanctions contre l’Iran.

Les États-Unis, l’Australie, la France, l’Allemagne, l’Espagne et le Royaume-Uni, notamment, ont appuyé le Canada dans ce dossier.

Lors de sa visite à Ottawa, à la fin du mois de mai, le vice-président américain, Mike Pence, avait appelé la Chine à mettre un terme à la « détention illégale » de Michael Kovrig et Michael Spavor. Il a ajouté alors que le président Trump aborderait cette question avec le président chinois, Xi Jinping, lors du sommet du G20 à Osaka.

« On va continuer de parler des défis que nous, on est en train de vivre, a indiqué le premier ministre Trudeau mercredi. On va aussi parler de sa perspective dans les conflits au niveau économique qu’il a avec la Chine. On est des amis, des alliés proches, le Canada et les États-Unis, on va travailler ensemble là-dessus. »

M. Trudeau a également déclaré mercredi que la question du commerce prendrait une large place lors de la rencontre avec le président Trump, alors que le Mexique est devenu mercredi le premier des trois pays à ratifier le nouvel accord de libre-échange nord-américain, conclu l’automne dernier.

Le premier ministre a rappelé que dans ce dossier, Ottawa essaie toujours de rester en phase avec Washington, sans devancer l’allure du Congrès américain. M. Trudeau a ajouté qu’il pourrait rappeler le Parlement cet été si nécessaire afin de ratifier l’accord commercial.

Les travaux parlementaires à Ottawa seront ajournés vendredi pour tout l’été, jusqu’au 16 septembre. Les élections fédérales doivent avoir lieu cinq semaines plus tard, le 21 octobre.