Québec ne soumettra pas la candidature de la ville de Sherbrooke pour les Jeux de la Francophonie en 2021 parce que « les conditions gagnantes » ne sont pas réunies. La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, a annoncé ce matin la décision de son gouvernement au maire de Sherbrooke, Steve Lussier.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Selon nos informations, le risque de dépassement des coûts, notamment en raison l’échéancier serré, inquiétait la ministre Girault. Cette dernière a, en contrepartie, annoncé qu’elle soumettra la candidature de Sherbrooke pour l’accueil de la Conférence ministérielle de la Francophonie en 2021.

Québec et Ottawa devaient s’entendre sur le financement de l’activité, estimé à 74 millions, selon le gouvernement Legault. Cette facture ne tenait cependant pas compte des 10 millions de frais additionnels pour assurer la sécurité. Québec s’était déjà dit prêt à allonger 17 millions alors qu’Ottawa voulait payer la moitié de la note.

Chez les libéraux fédéraux, la décision de Québec est accueillie avec déception, a-t-on indiqué à La Presse. En janvier dernier, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a annoncé qu’il ne présenterait pas comme prévu les Jeux de la Francophonie en 2021 en raison de l’explosion des coûts liés à l’organisation et du manque d’appui d’Ottawa.