Avec une belle unanimité, les municipalités ont réclamé et obtenu de Québec une accélération de la refonte des régimes de retraite, à l'occasion d'une réunion tenue au centre-ville de Montréal.

Mis à jour le 13 déc. 2013
Karim Benessaieh LA PRESSE

«Le processus va être accéléré, a confirmé en point de presse le maire de Montréal, Denis Coderre. Dans un premier temps, on a dit: ''les forums de quatre mois, oubliez ça''. Ce qu'on a obtenu, et qui est essentiel pour nous, c'est qu'il va y avoir deux ou trois jours de travail qui vont se faire en janvier.»

Selon ce que la ministre du Travail Agnès Maltais a annoncé jeudi, employeurs et employés ont deux ans pour négocier un partage à parts égales des coûts des régimes de retraite. L'Union des municipalités du Québec, elle, souhaite plutôt le dépôt d'un projet de loi dès février prochain. «Il est clair qu'on a demandé à ce qu'une législation soit déposée dès la rentrée parlementaire, a déclaré Éric Forest, président du l'UMQ. On va suivre le processus législatif, il y aura commission parlementaire, on va faire des représentations. (...) On a senti une ouverture.»

Également présent à cette «table Québec-municipalités», le maire de Québec, Régis Labeaume, s'est particulièrement réjoui d'un engagement de Québec: «Nous avons demandé et on nous a dit que les policiers et pompiers seraient inclus dans le processus. Ça, c'est majeur.»

Cette rencontre a par ailleurs été l'occasion d'annoncer que la ville de Québec réintégrait l'UMQ. En 2010, Régis Labeaume avait claqué la porte de l'organisme dans la foulée des révélations de corruption dans le monde municipal, notamment à Saint-Jérôme. Le maire Lebeaume a expliqué ce retour par «solidarité municipale», pour permettre l'avancement de nombreux dossiers communs.