Le gouvernement Harper réitère son intention de contester le projet de loi du gouvernement Marois visant à mettre en oeuvre la Charte des valeurs de laïcité s'il est adopté par l'Assemblée nationale et s'il s'avère, après un examen, qu'il viole les droits fondamentaux des citoyens.

Mis à jour le 7 nov. 2013
JOEL-DENIS BELLAVANCE LA PRESSE

Le ministre de l'Emploi et du Multiculturalisme, Jason Kenney, a soutenu que le gouvernement fédéral n'a pas l'intention de rester les bras croisés devant ce qui pourrait être une violation de la liberté de religion.

« Le contenu du projet de loi m'inquiète. Ce projet de loi n'a apparemment pas l'appui d'une majorité des députés de l'Assemblée nationale. Il ne pourrait donc pas être adopté. Cependant, je peux vous dire que nous allons surveiller de près le cheminement de ce projet de loi. Si le projet de loi, dans sa forme actuelle, devient une loi et on juge qu'il viole la constitution, nous allons la contester. Nous allons défendre vigoureusement la liberté de religion des Canadiens », a dit M. Kenney.

« Aucun individu ne devrait être obligé de choisir entre leur religion et leur emploi dans le secteur public », a dit le ministre.

« La liberté de religion est un droit universel. C'est un droit que nous protégeons et défendons au Canada. Une personne n'est pas moins un citoyen canadien parce qu'elle porte un foulard ou un turban. Et elle a le droit de participer pleinement à la vie publique de notre société », a-t-il encore soutenu.